CAN 2021 : Plus de 500 journalistes accrédités déjà enregistrés Douala

Entre le 20 décembre 2021 et le 5 janvier 2022, le centre d’accréditation de Douala Japoma, au Complexe sportif éponyme qui abrite les matchs du Groupe E, a délivré près de 2000 badge d’accréditation, tout personnel confondu.   

Le visage gai, sourire aux lèvres, le manager du Centre d’accréditation de Douala Japoma, situé au Complexe sportif éponyme reçoit dans une ambiance chaleureuse, les demandeurs du badge d’accréditation de la Coupe d’Afrique des nations (Can) Total Energies 2021. Ce mercredi 5 janvier 2022, quelques journalistes locaux sont servis dès leur arrivée. Il est environ 11 heures. Une fois les formalités remplies, le demandeur entre en possession de son badge en moins d’une dizaine de minutes. Le service est fluide. Les demandeurs repartent aussitôt.  D’autres profitent pour faire le tour du complexe et immortaliser leur passage dans ce stade qui accueillera les matchs du Groupe E, constitué de l’Algérie, Côte d’Ivoire, Sierra Leone et Guinée Equatoriale.

Ouvert depuis le 20 décembre 2021 de 8 h à 18 h, le service est assuré dans cet unique Centre d’accréditation dans la ville de Douala par une douzaine de personnels. « Nous avons été avant-gardistes, nous avons voulu anticiper sur les évènements comparativement à ce qui s’est passé en 2021 au Chan où nous avons commencé les accréditations à trois jours du début de la compétition. Cette année, nous avons décidé de commencer 10 jours avant le coup d’envoi pour éviter les embouteillages de dernières minutes. Nous avons débuté par le staff, les stadiers et depuis dimanche (2 janvier NDR) avec les médias et quelques personnels des commissions. Et le service sera disponible même les jours de match », explique Guy Joel Bidjanga, le manager adjoint du Centre d’accréditation de Douala Japoma.

A lire aussi :  Made in Cameroun : La production des farines locales en projet

Une vue du complexe sportif de Japoma

A notre passage, plus de 2000 badges avaient déjà été remis à leur bénéficiaire, tout personnel confondu, dont plus de 500 journalistes nationaux et internationaux. « Depuis que nous avons commencé, nous n’avons eu aucune difficulté majeure », souligne Guy Joël Bidjanga. En effet, explique Simon Ndoumin Mengue, le Coordonnateur général adjoint du Complexe sportif de Japoma, les dispositions ont été prises pour que tous les services travaillent dans de bonnes conditions. En attendant l’arrivée des sélections, le complexe a fait sa mue, les questions de fonctionnalités ont été réglées. « Toutes les vérifications de routine ont été faites et se font au quotidien pour s’assurer que tout est en état. Tous les systèmes ont été mis à jour », rassure Simon Ndoumin Mengue.

Ce jeudi, une équipe de la Confédération africaine de football (CAF) (qui n’a pas souhaité s’exprimer) peaufine les derniers détails. Plutôt dans la matinée, les arbitres ont effectué leur séance d’entrainement, apprend-t-on. D’un bureau à l’autre, tout le personnel du stade sont à pied d’œuvre. Ils seront accompagnés pendant la compétition par plus de 300 volontaires mobilisés pour la circonstance. « Tout le staff est mis à contribution, chacun à un rôle », souligne le Coordonnateur général adjoint du Complexe sportif de Japoma.

 Autour du stade, les petits commerces sont érigés. Des comptoirs sont en train d’être aménagés en attendant le coup d’envoi de la compétition le 16 janvier 2022. « Nous avons prévu vendre les boissons et les casse-croûtes », confie Alvine une restauratrice. Cependant, l’unique préoccupation des fans, reste l’accès au stade. Bien que la route soit en bon état, les taxis sont quasi-inexistants. Seuls les motos-taximen pour l’instant desservent le tronçon principal qui part de Nyalla pour le stade.

A lire aussi :  Made in Cameroun : La production des farines locales en projet

Marie Louise MAMGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.