Transfert d’argent : La taxe de 0.2% toujours pas appliquée de tous

Alors que les tenanciers de kiosques mobiles money ont déjà mis à jour leur grille tarifaire, au point d’en faire des mécontents et des démissionnaires, les autres entreprises concernées par la nouvelle taxation, trainent encore le pas.

Les abonnés d’Orange et MTN, les principaux opérateurs de téléphonie mobile au Cameroun, ont reçu le samedi 1er janvier 2022, des messages sur la nouvelle taxation des transactions Mobile Money. « Cher client, en application à la loi de finances, dès le 1er janvier 2022, une taxe de 0.2% est appliquée aux montants d’envoi et de retrait d’argent », ont-ils reçu des deux opérateurs.

Melissa Djoumessi, une gérante de kiosque Mobile Money au lieu-dit Bessengue, à Douala 1er, déclare n’avoir repris son activité qu’hier (lundi 3 janvier 2022). Mais révèle l’effectivité de la loi de finances sur les opérations de transfert d’argent par téléphonie mobile depuis le 1er janvier. « C’est vrai que je n’ai pas travaillé le 1er, mais dans un forum dédié aux tenanciers des kiosques Mobile Money, plusieurs ont dit que cette mesure a été appliquée ce même jour, comme annoncée », confie-t-elle.

A cette affirmation, Lafortune Ebenye, également gérante de kiosque, ajoute que ces sommes d’argent transférées ou retirées grimpent en fonction du montant. « Le retrait de 5 000 F Cfa qui coûtait 150 F Cfa, est passé à 160 F Cfa. Et si le client n’a pas cette somme dans son compte, il est obligé de donner 175, voire 200 F Cfa pour retirer son argent, à cause de la rareté des pièces jaunes », indique la jeune dame. En relevant que son activité a pris un coup depuis la mise en vigueur de cette nouvelle réglementation. « J’ai souvent reçu 15 clients à cette heure de la journée (midi). Mais actuellement, je ne suis qu’à 7 », révèle-t-elle.

En application depuis quelques jours seulement, cette taxe sur les transferts d’argent est encore mal comprise aussi bien par les gérants de Mobile Money que par la clientèle. « J’ai fait un dépôt de 2 000 F Cfa le 1er janvier. Mais pour que ce soit possible, la vendeuse m’a demandé de lui remettre 2 050 F Cfa, et m’a expliqué que cet excédent de 50 F Cfa était dû à la nouvelle taxation. Sauf que ce matin (mardi 4 janvier), je suis surpris de faire un dépôt de 3 000 F Cfa sans aucun ajout. J’ai même demandé combien je dois ajouter, mais la caissière m’a dit rien. Elle me dit que c’est au retrait qu’on va retrancher l’argent », explique Christian Belioken, un usager.

Express Union

Depuis le 1er janvier, plusieurs clients appellent au boycott des services de transferts d’argent d’Orange et MTN, au profit d’Express Union. Qui est une entreprise de transfert d’argent, également avec un service Mobile Money. Surtout que sur sa page Facebook, elle annonce la poursuite de sa campagne de gratuité, avec une offre de 0 frais pour les opérations de transfert de la tranche de 1 à 25.000 F Cfa. Ainsi que l’annonce sur la baisse des tarifs Union Mobile Money dès le 1er décembre 2021.  Qui passe de 650 à 400 F Cfa pour les retraits compris entre 25. 001 et 50 000 F Cfa.

À sa direction régionale située au quartier Akwa à Douala, Express Union déclare n’avoir pas encore informé ses clients des nouvelles règles. « Pour le moment, nous avons conservé nos tarifications. Nous mettons des stratégies en place pour améliorer la qualité de nos services. Nous sommes même prêts à supporter cela, pour que le client soit satisfait », a-t-on déclaré au service commercial.

A croire que Express Union est la seule entreprise à maintenir ses anciennes tarifications, que non. « J’ai fait un retrait Yup de 14 500 F Cfa le 5 janvier, et ça m’a coûté 300 F Cfa, comme d’habitude », renseigne Berthe Nana, une cliente du portefeuille électronique de Société Générale. Pourtant, « Les services Mobile Money de MTN et Orange ne sont pas les seuls concernés par cette nouvelle taxe. La loi dit que ce sont toutes les opérations de transfert d’argent interne au Cameroun qui sont concernées. Du coup, Orange et MTN ne sont pas les seuls concernés.  Yoomee, Express Union, Express exchange et Yup…le sont également », renseigne Louis Marie Kakdeu, économiste.

D’ailleurs dans une note qui date du mardi 4 janvier 2022, le Directeur Général des Impôts demande au Directeur d’Express Union, de soumettre avant le 11 janvier de l’année en cours, les nouvelles grilles tarifaires. Incluant exclusivement l’impact de la nouvelle taxe dans les conditions définies.

Michèle EBONGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.