Choléra : L’état d’alerte déclenché à l’Est après 10 ans d’accalmie

Choléra : L’état d’alerte déclenché à l’Est après 10 ans Choléra à l’Est cameroun d’accalmie

Choléra à l’Est cameroun Suite à un mort et des cas confirmés par le Centre pasteur de Yaoundé, les autorités sanitaires de la région ont lancé une campagne de surveillance épidémiologique pour barrer la route à l’expansion de l’épidémie.

Le 14 juillet 2022, le Dr José Andjembé Essola, délégué régional de la Santé publique de l’Est a indiqué dans une note d’information que, « trois cas suspects de choléra dont un décès ont été enregistrés dans le département du Haut-Nyong ». Les victimes, apprend-on, sont issues d’une même famille du village Manpang, dans le district de santé de Doumé.

 Les cas suspects Choléra à l’Est camerounvivant ont immédiatement été transférés à l’hôpital d’Abong-Mbang et des prélèvements ont été faits sur les suspects et envoyer au Centre pasteur de Yaoundé. Le 18 juillet, le Centre Pasteur de Yaoundé a confirmé « les deux échantillons prélevés sur les cas suspects de choléra notifiés par le district de santé d’Abong-Mbang ». Selon Dr. José Andjembe Essola, « cette confirmation met immédiatement la région de l’Est dans un état d’épidémie de choléra confirmée ».

Choléra à l’Est une campagne de surveillance épidémiologique pour barrer la route à l’expansion de l’épidémie

En riposte, le chef de la région sanitaire de l’Est a invité « toutes les populations de procéder à l’observance rigoureuse de toutes les mesures de prévention contenues dans le communiqué du gouverneur rendu public le 15 juillet 2022 ». Il s’agit notamment de « désinfecter les ménages dans lesquels Choléra à l’Est camerounvivent les cas suspects et leur entourage, y compris les latrines et les points d’eau ; procéder au lavage systématique et régulier des mains à l’eau coulante et au savon avant et après la manipulation d’objets ou d’aliments ; procéder au lavage des fruits et des Choléra à l’Est camerouncrudités avant leur consommation et l’utilisation des latrines propres pour la défécation ».

 

 

Dans le même temps, Dr. Andjembe Essola a prescrit « une communication de proximité dans les ménages, les marchés, les lieux de culte, lesCholéra à l’Est cameroun chefferies, et en général dans tous les lieux publics ». Il a également invité les formations sanitaires à « l’identification des espaces d’isolement au cas où d’autres cas suspects seraient détectés ».

A titre de rappel, cela fait 10 que la région de l’Est était en situation d’épidémie de choléra confirmée car en 2011, près de 50 cas avaient été enregistrés Choléra à l’Est cameroundans quatre districts à savoir Bertoua, Yokadouma, Lomié et Doumé sur les 14 districts de santé existants. Pendant cette période, l’épidémie avait fait 9 morts.

Sébastian Chi Elvido à l’Est

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.