Consommation : Flambée du prix de la farine de blé sur le marché

Le coût de cette denrée alimentaire de première nécessité est passé de 19 000 F Cfa à 22 000 F Cfa en l’espace de quelques jours. Certains commerçants envisagent de diminuer le grammage de leurs produits.   

Des clients, au nombre de six, dont certains d’une allure bien soignée, sont assis dans un restaurant de fortune, spécialisé dans la vente des beignets faits à base de la farine de blé. Situé au quartier Bonapriso à Douala 1er, ce restaurant attire chaque matin de nombreux consommateurs. « Avec 150 F Cfa, je mange à satiété. Il m’arrive même souvent de ne plus manger de toute la journée », confie Nasser, agent de sécurité.

Malgré la bonne ambiance qui y règne, ces habitués sont inquiets, depuis que la rumeur sur l’augmentation du prix de la farine circule. « Comme le prix de la farine a augmenté, tu as aussi diminué la grosseur des beignets », s’inquiète l’un d’eux. Mais la vendeuse, Véronique M est plutôt rassurante. La grosseur de ses beignets n’a subi aucune modification, malgré la hausse du prix de la farine. « Le sac de 50 Kg qui coûtait 19 000 F Cfa samedi (le 5 février 2022) est passé à 22 000 F Cfa lundi (7 février) », révèle-t-elle. Avec cette augmentation de 3 000 F Cfa, Véronique doute cependant, de garder le cap si jamais les prix restent inchangés. « Je n’ai pas encore diminué la grosseur des beignets, mais si ça continue, je serai obligée de le faire. Sinon, l’argent pour l’achat au marché et mon bénéfice sortiront d’où ? », s’interroge-t-elle.

Selon des gérants de boulangerie, le Cameroun n’est pas à sa première inflation. « Chaque fois, c’est quelque chose de différent. Je ne peux pas vous donner les prix exacts, mais ils ont augmenté d’une façon compréhensive. Ce n’est pas quelque chose de nouveau », indique Haidar Farat, Directeur général de Goodies center. Qui révèle que la hausse de prix de la farine de blé varie généralement entre 500 F Cfa et 1 500 F Cfa, et qu’il n’a pas encore constaté le récent changement.

Néanmoins, Haidar Farat croit savoir que la flambée de cette matière première ne suffit pas pour augmenter le prix du pain.  Encore moins pour modifier le grammage des produits dérivés de la farine de blé. « Ce sont des choses qui sont régulées par la loi.  On ne peut pas dire que parce que le prix de la farine a augmenté, on va mettre le pain à X prix, ou alors diminuer le grammage. Ce n’est pas quelque chose que l’on fait en tant qu’entreprise », explique-t-il. En ajoutant que si les prix augmentent fortement, ils seront obligés de trouver une alternative. Surtout que « Jusqu’à maintenant, on survit, et ce depuis 20 ans », confie le Directeur général de Goodies center.

Au marché, plusieurs commerçants ont résolu de cesser de commercialiser la farine de blé. Le cas de Georges S, qui l’a fait depuis pratiquement 2 semaines. Ce commerçant qui a peur des représailles des contrôleurs de prix, a tout simplement décidé de ne plus se ravitailler. Désormais, seuls les paquets conditionnés d’un kg sont disponibles dans sa boutique, car les prix qui varient entre 400 et 500 F Cfa sont inchangés.

Dans le but de limiter les pertes des entreprises meunières, le Groupement des industries meunières du Cameroun (Gimc) qui fait face à une augmentation vertigineuse de la tonne de blé sur le marché international, a décidé de cesser son activité. Une décision annulée après la rencontre avec Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, le gouverneur de la région du Littoral, le mercredi 9 février 2022 à Douala. Il est ressorti de cette concertation, que le Gimc devrait poursuivre la production de la farine de blé en attendant l’appui du gouvernement.

Michèle EBONGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.