Covid-19 : 13 834 employés licenciés à fin juin 2020 au Cameroun
Source : Gicam/DataViz by ADISI-Cameroun

En outre, 53 346 employés permanents ont été envoyés au chômage technique en cette même période suite aux répercussions de la pandémie du Covid-19.

Jusqu’au 30 avril 2020, Hortense M. (nom d’emprunt) était comptée parmi les employés d’Express Union, une structure spécialisée dans l’envoi et la réception de l’argent qui propose également des services de microfinance. La trentenaire fait partie des plus des 300 licenciés de cette microfinance, soit l’une des 6 de son département.

Source : Gicam/DataViz by ADISI-Cameroun

Sur le plan national, ce sont quasiment tous les services de cette entreprise qui ont été touchés, des agences à la direction générale. La microfinance évoque comme motif de licenciement, selon cette ex-employée, la crise engendrée par la Covid-19.

Comme elle, nombre de camerounais ont perdu leur emploi suite aux répercussions de la   Covid-19 sur les entreprises locales. Alors que d’aucuns se sont vus exclus des effectifs de la structure qui les employait, d’autres ont été victime de chômage partiel. « Nous avons été mis en congé technique en mai. Mais en fin avril, nous avons été contraints d’aller en congé annuel, et c’est le lundi 13 juillet 2020 que nous avons repris le travail », explique un délégué médical. Employé dans un laboratoire, il révèle que les conditions de travail ont été revues. « À la reprise du travail, nous avons été informés que notre salaire allait être réduit de moitié. Plusieurs ont accepté cette condition, et d’autres réfléchissent encore sur la décision à prendre », ajoute l’employé.

Selon les dernières données du Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam), la proportion d’entreprises négativement impactées par la crise Covid-19 s’est accrue entre avril et juin 2020 au point de passer de 92% à 96,6%. « Cette estimation est obtenue sur la base d’un échantillon de plus de 250 entreprises consultées entre le 22 mai au 22 juin 2020 dont 25% étaient des grandes entreprises et 75% des PME », a révélé Célestin Tawamba, président du Gicam, lors de la conférence sur la seconde évaluation des répercutions de la crise Covid-19 sur les entreprises au Cameroun qui s’est tenue le 23 juillet 2020 au siège au groupement à Douala.

Selon ses estimations, la perte de chiffre d’affaires annuel pourra atteindre 3 139 milliards F Cfa par rapport à 2019 pour les entreprises du secteur moderne. Soit une baisse de 21 milliards F Cfa équivalent à la capacité à contribuer aux recettes de l’Etat. Malgré le souhait, la volonté et les efforts des entreprises à s’adapter, la situation de l’emploi ne cesse de se dégrader. Pour preuve, 42,6% des entreprises ont mis leurs employés en congé technique, contre 12,4% des licenciements de personnels permanents. Soit un total de 53 346 employés permanents envoyé au chômage technique à fin juin 2020 et 13 834 employés permanents licenciés.

Des mesures insatisfaisantes

Alors que le gouvernement a annoncé une série de mesures d’assouplissements des restrictions le 30 avril 2020 en soutien aux unités économiques fragilisées, 69% des chefs d’entreprises ont exprimé leur insatisfaction. «Ces derniers ne sont soit pas du tout satisfaits (36,9%), soit peu satisfait (32,1%). Seulement 6,8% d’entre eux trouvent que les mesures du gouvernement sont satisfaisantes », illustre le récent rapport du Gicam. Celui-ci qui révèle que les entreprises attendent un soutien plus fort de l’Etat dans les domaines fiscal, financier, ainsi que dans les domaines douanier et social. « La quasi-totalité des moyennes et grandes entreprises sollicite un soutien plus prononcé dans le domaine financier. Celui-ci pourrait se faire via le secteur financier, via les prix et le pouvoir d’achat ou alors par des interventions directes de l’Etat », note le président du Gicam. Il indique que « les entreprises suggèrent également une réorientation de la politique économique dans certains domaines et expriment des besoins spécifiques de soutiens sur le plan sanitaire »

Michèle EBONGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.