Une semaine après le drame qui a coûté la vie à un gendarme le 22 juillet dernier, l’agence de voyage a été fermée pour 8 jours, ses concurrents voient leurs clientèles grimper.

Il est plus de 9 heures ce lundi 27 juillet 2020, lorsque deux passagers de motocycle descendent de l’engin pour se diriger vers Finexs voyages, l’agence dont les employés ont tapé à mort un gendarme mercredi le 22 juillet dernier aux environs de 21h-21h30. A peine descendus de la moto, ces voyageurs constatent avec regret que l’agence est scellée pour 8 jours. Valises en main, ils n’ont pas d’autres choix que de remonter sur la moto qui les accompagne, pour l’agence de voyage la plus proche. Quelques minutes plus tard, c’est un autre client qui arrive, et fait le même constat. « Je suis au courant du drame, mais je ne savais pas que l’agence a été fermée », explique ce client. Pour ne pas rater l’occasion de se faire encore un peu d’argent,  le chauffeur de motocycle propose une autre agence à son client. Au même instant, deux autres s’amènent, et refont le même exercice.

L’agence de voyage est quasi vide. Seuls quelques vigiles montent la garde. Cependant, l’allée qui débouche aux guichets et aux toilettes laisse apercevoir des femmes monter et descendre, bagages en main. « Ce ne sont pas les clients qui récupèrent leurs colis, mais les vendeuses d’à côté qui sortent leur marchandise », renseigne Maurice, un commerçant.

A l’entrée de l’agence de voyage, les conducteurs de mototaxi sont stationnés. Mais contrairement au nombre qui est très souvent important, seuls quelques-uns y sont garés. « Nous avions l’habitude de garer et de prendre les passagers. Depuis samedi, je fais le tour de la ville, je ne reste plus sur place. Mes recettes sont passées de 15 000 F Cfa à 6 000 F Cfa », témoigne Alain, un conducteur de mototaxi. Présent lors de la scellée de Finexs voyages, ce chauffeur raconte que les derniers bus en provenance de Yaoundé sont arrivés vers 11 heures le samedi de la scellée, soit une heure après la fermeture partielle. Ne pouvant plus garer à l’agence, les chauffeurs ont été redirigés vers le garage de l’agence située au quartier Mboppi à Douala, se souvient -il.

A lire aussi :  Santé locale : 16% des populations participent aux actions des communes

L’affluence dans les autres agences

Au lieu-dit Mboppi, quartier qui abrite une pléthore d’agences de voyage, c’est la ruée.  À Bucca voyages, une autre agence de renom, c’est une longue file de personnes qui attendent d’être servies. La salle d’attente est remplie de voyageurs, et les sièges sont tous occupés. La situation est quasiment la même dans les agences voisines, notamment Princesse et de Général voyage. « L’agence n’accueille pas souvent autant de voyageurs, la scellée de Finexs y est pour beaucoup », lâche un commerçant situé non loin de Général Voyage.

De mémoire, Finexs voyages a été scellée le samedi 25 juillet 2020 pour une durée de 8 jours, suite à un drame survenu dans son agence de Douala-Akwa. Deux gendarmes ont été roués de coup dans la nuit de mercredi 22 juillet, pour n’avoir pas pu payer la somme de 100 F Cfa, leur donnant accès aux toilettes de cette structure. Les employés impliqués dans ce drame sont en détention à la Légion de Gendarmerie du Littoral. La compagnie de transport interurbain, a déclaré le lendemain de cette tragédie, qu’elle « reste disposée à assumer ses responsabilités dégagées dans les conclusions du traitement de cette affaire par les instances habilitées en la matière ».

Michèle EBONGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.