Covid-19 : A Ngaoundéré, les hôtels réquisitionnés accumulent les factures impayées
Vue principal de l'Hotel Transcam

Covid-19 : A Ngaoundéré, les hôtels réquisitionnés accumulent les factures impayées

Dans le cadre de la lutte contre la Covid-19, 2 hôtels ont été retenus pour la mise en quarantaine des malades et abandonnés pour factures impayées, au profit des logements sociaux.

Après deux semaines d’isolement au site des logements sociaux de Ngaoundéré, Amina (Nom d’emprunt) a rejoint sa cité universitaire.  « J’ai commencé à ressentir les symptômes. Je me rends à l’hôpital et les tests révèlent que c’est la Covid-19. La délégation régionale de la Santé Publique de l’Adamaoua est venue me chercher à la maison avec l’ambulance de l’hôpital régional de Ngaoundéré et m’a mise en quarantaine au site des logements sociaux. On avait 3 repas par jour et le personnel de santé mis à ma disposition s’assurait chaque jour que je prenne normalement le traitement et vérifiait l’évolution de la maladie. Tous portaient de combinaison de sécurité Covid-19. J’ai suivi le protocole indiqué par le médecin jusqu’à la fin où j’ai été autorisée à regagner mon domicile », se souvient cette victime de la pandémie, étudiante à la faculté des Sciences économiques et de gestion de l’Université de Ngaoundéré.

Comme avec cette étudiante, la délégation régionale de la Santé Publique pour l’Adamaoua a pris des dispositions pour que tous les cas suspects ou confirmés de la Covid-19, soient pris en charge sur le site des logements sociaux aménagé dans le cadre de la riposte contre la Covid-19. Ce site a été préparé après l’abandon de l’Hôtel Transcam.

Dans ce centre tout comme à l’établissement hôtelier, les activités ont repris leur cours normal. A Transcam par exemple, les clients continuent de fréquenter les lieux en veillant au respect des mesures barrières. L’accès dans les logements sociaux est filtré, car un dispositif sécuritaire veille au grain afin d’éviter la propagation de la maladie.

Lire aussi : https://datacameroon.com/covid-19-la-mfoundi-rafle-les-ressources-de-lutte-contre-la-covid-19-dans-le-centre/

Lors de la visite du secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Santé Publique en avril dernier, 05 sites de confinement des malades Covid-19 avaient été retenus dont les hôtels Oasis et Transcam. 04 sites seront finalement abandonnés au profit de l’hôtel Transcam où les Boukarous devaient servir de site aux malades confirmés de Covid-19.

Quelques semaines plus tard, l’unique site du Transcam a également été abandonné au profit des logements sociaux nouvellement construits et situés à l’entrée Sud de Ngaoundéré. Des sources proches de la délégation régionale de la Santé publique pour l’Adamaoua expliquent que l’abandon du site de Transcam se justifie par le manque de moyens financiers pour supporter les factures quotidiennes et hebdomadaires. « Nous recevions chaque jour des factures de l’hôtel Transcam alors que la présidence de la cellule de veille sanitaire dans le cadre de la lutte contre le Covid-19 est assurée par le gouverneur de la région. Nous les renvoyions vers l’autorité administrative. De ce côté, les choses se sont mal tournées aussi, d’où le choix finalement des logements sociaux pour abriter les malades ».

A lire aussi : https://datacameroon.com/covid-19-03-unites-de-prise-en-charge-operationnelles-a-ladamaoua/

A l’hôtel Transcam, difficile d’arracher un mot aux responsables en ce qui concerne le montant de la facture impayée. Depuis la reprise de ses activités, de nombreuses personnalités de l’Etat y ont séjourné. Notamment les ministres de la Décentralisation et du Développement local, de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales, de l’Emploi et de la Formation professionnelle, de l’Habitat et du Développement urbain, de la présidente nationale de la Croix Rouge Camerounaise, la suite des dames du Cerac etc.

Travaux réalisés dans le cadre du projet « Data and check Covid-19 » avec le soutien d’Expertise France et CFI dans le cadre du PAGOF.

Jean BESANE MANGAM

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.