Covid-19 : Des mesures alternatives pour affronter le Cep
les élèves dans la cour de l'Ecole d'Application d'Akwa

La réduction du temps de la pause et les journées continuent sont quelques solutions pour une meilleure préparation du Certificat d’étude primaire en ce 3e et dernier trimestre de l’année scolaire 2020-2021.

Ecole maternelle publique de Deïdo groupe I et II ce lundi 12 avril 2021, des enfants vont et viennent dans la cour. Un groupe de 6 personnes, se dirigent en file indienne vers les toilettes. Ils sont accompagnés d’une enseignante qui coordonne chacune des entrées. A un jet de pierre de ce lieu, plusieurs autres se lavent les mains devant leur salle de classe grâce au point d’eau qui y est placé. Un exercice que les tout-petits apprécient. « Si on ne leur demande pas de quitter d’ici, ils resteront là à se laver les mains pendant des heures, les enfants aiment bien cela », témoigne une enseignante.

L’ambiance est quasiment la même à l’école d’application d’Akwa, à la différence qu’ici, c’est la pause. Des écoliers courent dans tous les sens dans ce grand espace qui leur est réservé. Personne n’arbore de cache-nez, aucune distanciation sociale n’est respectée… bref le propre des enfants. Contrairement à ces écoliers qui ont droit à 30 minutes de récréation, ceux du Cm1 et du Cm2 n’ont droit qu’à 15 minutes, une décision conjointe des 4 directeurs de l’école à savoir du groupe 1 au groupe 4.

Il est question non seulement d’éviter l’affluence dans la cour, mais aussi de mieux outiller les ainés du Cm2 qui affrontent en juin prochain, les épreuves du Certificat d’étude primaire (Cep). « Nous avons une pression sur le programme, nous avons tout ce trimestre pour l’achever, nous sommes en retard », relève Bosco Kede Epée, directeur de l’Ecole d’application d’Akwa Groupe 4.

Pour lui, la mi-temps qu’observent les écoles publiques depuis le début de cette année scolaire ne leur permet pas d’évoluer de manière à boucler le programme de l’année en cours.  Ce qui a poussé les 4 directeurs de l’Ecole d’application d’Akwa à penser à une alternative. « Les Cm2 ne vont pas observer de mi-temps ce trimestre », a souligné Bosco Kede Epée.

A lire aussi :  Diabète : les malades payent deux fois plus cher

Les 16 classes que comptaient l’école ont depuis ce lundi 12 avril 2021, diminué de moitié.  « On avait 4 CM2 par école, soit 2 qui entraient le jour et 2 autres à midi. On les a jumelées pour n’avoir que 8 classes au total, soit 2 par groupe, au lieu de 4 », explique le directeur de l’Ecole d’application d’Akwa Groupe 4.

À en croire Henriette Ngoufack, Ce trimestre est la période où l’on juge véritablement le niveau de l’enfant, surtout en cette année où le calendrier scolaire a connu une légère modification « Nous nous sommes plus focalisés sur les cours lors des précédents trimestres, nous n’avions pas vraiment eu le temps de juger le travail des enfants. Nous faisions certes des exercices, mais maintenant on traite les anciennes épreuves de Cep », souligne l’enseignante de CM2.

Michèle EBONGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.