Cybercriminalité : L’outrage prend de l’ampleur en milieu jeune
A la conférence débat

Ce délit facilité par les moyens de communication électronique, qui va des atteintes économiques aux atteintes à la dignité, est pourtant condamné par la loi camerounaise.

Les outrages par voie électronique prennent de l’ampleur au Cameroun. C’est l’une des observations faites le samedi 7 mai 2022, lors de la conférence débat sur le patriotisme des jeunes au Cameroun. Un événement organisé par la mairie de la ville de Douala, sous le thème « Jeunesse, patriotisme et promotion de la culture, de la tolérance au Cameroun ».

Dans un film d’une quinzaine de minutes sur les dérives de la jeunesse, les participants à cette conférence ont eu droit à une série d’images et de propos obscènes, injurieux et immoraux perpétrés pour la plupart en milieu scolaire. Des délits régulièrement publiés sur les réseaux sociaux.

Cybercriminalité : L’outrage prend de l’ampleur en milieu jeune

C’est pour remédier à ces comportements que Léonide Ndomè Moukoko, 3e adjoint au maire de la ville de Douala et marraine de l’événement, a tenu cette rencontre. L’objectif est de contribuer à la promotion des valeurs patriotiques. Mais aussi, à la prise de conscience des jeunes sur leurs actes antipatriotiques et de l’impact qu’ils peuvent avoir au sein de la société.

Selon Dr Mana Momose, Substitut du procureur du tribunal de Première instance de Ndokoti, il s’agit d’un fragment de la cybercriminalité, qui va des atteintes économiques aux atteintes à la dignité. Ce qui désigne au sens commun, le fait pour un individu, de manquer de respect ou de considération à son semblable, à une collectivité, ou à une institution.  « C’est une faute. Et lorsque ce comportement est facilité par les moyens de communication électronique, il devient une infraction spéciale, et l’une des infractions qui nous intéresse aujourd’hui c’est l’outrage », confie Dr Mana Momose.

Ce délit facilité par les moyens de communication électronique

Prévues par les dispositions des articles 78 et 74 de la loi de 2010, les outrages ne sont pas les seules infractions punies par la loi. Les publications obscènes par voie de communication électronique le sont aussi. Seulement, comme le souligne Dr Mana Momose, le délinquant peut bénéficier des largesses du juge, et voir sa peine réduite. Une décision qui n’enchante malheureusement pas l’homme de la loi. « Le juge doit être assez rigoureux face aux atteintes à l’honneur et à la considération faites par voie électronique… Mais la justice ne doit pas être le seul acteur à être interpellé dans ce labyrinthe. Elle doit d’abord se faire accompagner par les familles », a-t-il déclaré.

Michèle EBONGUE

1 thought on “Cybercriminalité : L’outrage prend de l’ampleur en milieu jeune

  1. Merci beaucoup à Data Cameroon pour cette information. Il faut vraiment à notre jeunesse une véritable sensibilisation pour limiter certains comportements imatures.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.