Développement local : L’Extrême-Nord peaufine son attractivité
L’Extrême-Nord : En quête de développement

Développement local : L’Extrême-Nord peaufine son attractivité

Cette région fait face à plusieurs maux qui freinent son développement, notamment la destruction des habitations et autres biens de la population suite à des attaques répétées de Boko Haram, les inondations et la pauvreté. Des réflexions ont été engagées en vue de la relance son économie Développement local à l’Extrême-Nord.

Des villages fantômes dans plusieurs localités de la région de l’Extrême-Nord. De Fotokol, à Kousseri en passant par Limani, la secte islamiste Boko Haram ne cesse de causer des dégâts depuis le début de la guerre. Des écoles et centres de santé détruits, des villages désertés par leurs occupants à cause des attaques. L’économie de cette région est tombée en chute libre depuis 2014.

A ces maux, s’ajoutent les dégâts des inondations qui ont sévi dans le département du Mayo Danay. Les changements climatiques ont également été à l’origine de la chute de la production à travers des manques de pluies ou de la faible pluviométrie. « Notre région est à la merci de plusieurs maux qui minent son développement. La pauvreté, les eaux, les poches de chaleurs, la dégradation des sols et l’insécurité », égraine Saliou Ousmanou, natif de Maroua.

Développement local à l’Extrême-Nord, destruction des habitations et autres biens de la population suite à des attaques répétées de Boko Haram

Ces remarques ont été relevées dans les différentes thématiques de la semaine économique de l’Extrême-Nord encore appelée « Far North Business Week », organisée par le Conseil régional de la région, du 11 au 21 novembre 2022 à Maroua. Cette initiative a été saluée par Midjiyawa Bakari, gouverneur de l’Extrême-Nord, représentant du Premier ministre.

L’objectif de la foire économique était d’attirer les opérateurs économiques et autres personnalités à venir investir à l’Extrême-Nord dans le cadre d’un partenariat gagnant-gagnant.

Plusieurs domaines ont été ciblés comme levier de développement économique : la maîtrise de l’eau en vue de développer l’irrigation, le développement de l’énergie photovoltaïque, l’aménagement des voies de communication, l’augmentation de la production agropastorale, la protection de l’environnement, l’exploitation du potentiel touristique.

Les acteurs économiques et les élites ont mis un accent sur l’agriculture et l’élevage, secteurs incontournables de la population. Le programme spécial de reconstruction de l’Extrême-Nord et les facilités accordées aux régions sinistrées, l’entrepreneuriat, le partenariat public-privée, etc. ont aussi retenu l’attention des experts et universitaires de la foire. Cette région a déjà bénéficié de plusieurs projets du Plan spécial de reconstruction de la région et le projet Viva-Logone.

Jérôme Baïmélé

A lire aussi :  Développement local :1971 projets en attente de financement à l’Ouest

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.