Electricité : En 2020, le client a attendu deux fois plus qu’en 2019 pour être branché
Source : Eneo-Cameroun/ Globeleq (KPDC et DPDC) - Aggreko (Maroua et Bertoua)

Même si la majorité des nouveaux branchements est réalisée dans les délais globalement mieux qu’en 2019, la durée moyenne de réalisation des branchements est passée de 3 à 4 jours en zone urbaine, et de 7 à 9 jours en zone rurale, comparativement à 2019, d’après l’entreprise en charge de l’électricité.

Si l’on s’en tient aux dernières statistiques de The Energy of Cameroon (Eneo), l’opérateur majeur du secteur de l’électricité au Cameroun, au premier trimestre 2020, les nouveaux branchements ont connu une baisse par rapport à l’année 2019.  Même si les branchements sont en baisse, le nombre de nouveaux clients actifs a augmenté.  Il est passé de 119 630 en 2019 à 1 392 165 sur la même période, soit une croissance de 9,4% par rapport à l’an dernier.

                     Source : Eneo-Cameroun/ Globeleq (KPDC et DPDC) – Aggreko (Maroua et Bertoua)

Cependant, ces clients subissent la lenteur au niveau du déploiement des agents techniques de cette structure de distribution de l’électricité. Il ressort de ce rapport, qu’en moyenne, le client qui a demandé un branchement attend deux fois plus qu’en 2019 pour être branché. Même si la majorité des nouveaux branchements est réalisée dans les délais globalement mieux qu’en 2019, la durée moyenne de réalisation des branchements s’est dégradée. Elle passe de 3 à 4 jours en zone urbaine, et de 7 à 9 jours en zone rurale, comparativement à 2019, rapporte cette note d’information trimestrielle d’Eneo Cameroon sur le service électrique.

Que ce soit pour les branchements neufs en baisse, ou les délais de réalisation qui se rallongent, cette structure explique que les principales raisons, sont la rareté des poteaux bois, la situation sécuritaire dans les régions Sud-Ouest et Nord-Ouest, des problèmes d’approvisionnement en matériels dédiés, et la Covid-19 qui paralyse tous les secteurs d’activité depuis mars 2020.

Cette situation n’a pour autant pas empêché cette structure de satisfaire sa clientèle.  Au cours de cette période, la production en hydro, s’est améliorée de 2,87% comparée à 2019, alors qu’en thermique elle a chuté de 32,66%. Une baisse liée à un rationnement élevé dans certaines centrales thermiques, pour insuffisance du fuel, du fait d’énormes contraintes de trésorerie. On constate une croissance de la demande du secteur public (+3,3%), principalement du fait de l’augmentation des nouveaux clients, et d’un regain d’activité de certaines cimenteries. A contrario, la baisse d’activité de certains gros clients (Alucam, Socatral…) a contribué à une meilleure gestion de l’offre dans le secteur public.

Décès

Au premier trimestre 2020, 3 décès et 7 blessés publics ont été enregistrés, du fait de l’état du réseau (poteaux en mauvais état), contre 2 et 8 respectivement en 2019. La cause majeure, explique Eneo, demeure la pénurie des poteaux bois résultant d’une rupture du flux d’approvisionnement des poteaux bois bruts provenant de la région du Nord-Ouest, d’où provenaient environ 90% des poteaux bois. L’entreprise a engagé le processus d’acquisition de nouvelles forêts dans la région de l’Ouest pour combler ce besoin. Des partenariats ont aussi été engagés avec des fournisseurs locaux pour la fabrication des poteaux en béton.

Marie Louise MAMGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.