Suite aux multiples plaintes des clients de The Energy of Cameroon (Eneo), le Ministre de l’Eau et de l’Energie somme l’entreprise en charge de distribution de l’électricité au Cameroun de régler le conflit qu’elle a avec ses clients.

Depuis plusieurs mois, des clients de l’entreprise en charge de distribution de l’électricité se plaignent de surfacturation. The Energy of Cameroon (Eneo) est accusé de revoir, au pire, de trafiquer la consommation mensuelle des ménages. « J’ai reçu pour le mois de mars, une facture d’Eneo de 606 689 F Cfa », se souvient un client Eneo. « Je suis passée de 14.000 F Cfa à 60.000 F Cfa », « La 1ère facture était 71.000 F Cfa, et la 2e ,150.000 F Cfa », témoignent des clients.

Suite à ces multiples plaintes, le Ministre de l’Eau et de l’Energie (Minee) a sommé l’entreprise distributrice d’électricité de rétablir l’ordre sur la facturation des ménages. D’où la demande du respect de la réglementation en vigueur. Notamment l’article 7.1.1 de l’arrêté n°013/MINEE du 26 janvier 2009 portant approbation du règlement de service de distribution d’électricité. Il indique que la facturation doit être effectuée soit sur la base des relevés des compteurs, soit au moyen de toute autre facturation qui pourra être mis en place par Eneo. Ceci avec l’accord de l’Arsel (Agence de Régulation du Secteur de l’Electricité Ndlr).

Dans une interview accordée à la chaine nationale, Lucien Same, le directeur des Affaires juridiques et de la protection des consommateurs de l’Arsel, révèle que depuis quelques mois, une cinquantaine de plaintes sont reçues en moyenne par jour des usagers. Par conséquent, l’agence de régulation a demandé à Eneo de sursoir à l’opération de l’estimation de consommation après deux mois et de corriger toutes les factures qui causent problème.

A lire aussi :  Développement durable : Les jeunes à l’affût des solutions

Le Réseau national des consommateurs du Cameroun (RNC) dans un communiqué, invite les consommateurs victime de cet abus à ne pas payer les factures estimatives car elles sont nulles et de nul effet.  « Ce que nous demandons, c’est que la décision ministérielle soit respectée », fulmine Francis Eyalla, président exécutif national du RNC. Aux clients Eneo qui vont se rendre dans l’une de ses agences, il recommande : « dites à Eneo que le ministre a donné un certain nombre de directives, a défini le cadre. C’est dans ce cadre et uniquement dans ce cadre que les conflits peuvent être réglés ». 

En réponse aux préoccupations actuelles de ses clients, Eneo informe sur la mise en route des premières mesures. « L’entreprise rebascule sur la relève systématique les agences où l’estimation était expérimentéeDe même, nous testons la relève confiance (auto-relève) auprès de certains segments de la clientèle. Ce qui leur donnera la possibilité d’opter pour la prise en compte des index filmés par eux-mêmes et envoyés à Eneo », lit-on dans son communiqué qui date du lundi 13 juillet 2020.

Seulement, le problème généré par la nouvelle méthodologie de facturation dont parlent le Ministre et Eneo n’est pas le seul que connaissent les ménages. « Ça fait environ 5 mois que je n’ai pas de compteur. Eneo, me l’a enlevé après que j’ai reçu une facture de 150.000 F Cfa, alors que mon paiement mensuel n’excédait jamais 25.000 F Cfa.  Je reçois des factures chaque mois, pourtant l’électricité n’est toujours pas rétablie », argue Hervé Tueguem. Surpris par cette attitude qu’il a d’ailleurs traitée de machination, le client a, comme nombre de plaignants, interpellé l’entreprise concernée. « J’ai fait venir des responsables, et toujours pas de suite. J’ai déposé ma réclamation dans le box à suggestion, et toujours rien. Il y a 2 mois, j’ai déposé une première réclamation qui n’a toujours pas aboutie. Pour celle-ci, même la décharge m’a été refusée », explique Blanche Same, un autre usager d’un air désolé.

A lire aussi :  Santé locale : 16% des populations participent aux actions des communes

 Michèle EBONGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.