Emploi-jeune : Une cuvée de 100 apprenants formés en agriculture et aviculture
Des jeunes en formation

Organisé par Sos Village d’enfants Cameroun, la 5e édition du salon national de renforcement de l’employabilité s’est tenue du 17 au 20 Août 2021 à Douala.

Renforcer la capacité de la famille en donnant la possibilité à 100 jeunes d’être encadré dans le programme Sos Village d’enfants, est le principal objectif du salon national de renforcement de l’employabilité qui s’est officiellement ouvert le mardi 17 août 2021 à Douala.

Ce programme qui consiste à éduquer et former les apprenants de manière à les insérer dans la vie socioprofessionnelle, est, à en croire Claude-Alvine Mbappe Tankoua, Directrice nationale de Sos Village d’enfants Cameroun, l’opportunité pour ces jeunes, d’être au contact des chefs d’entreprise et des structures étatiques. Par ailleurs susceptibles de conduire ou d’informer ces jeunes sur les opportunités qu’offre l’auto-emploi. « Il s’agit de présenter à tous les jeunes que nous encadrons, les différentes opportunités qui peuvent se présenter à eux, pour leur permettre de choisir des formations en fonction de leurs compétences et de leurs canaux », confie la Directrice nationale de Sos Village d’enfants Cameroun.

Lire aussi : https://datacameroon.com/formation-des-personnes-vulnerables-outilles-a-des-metiers-socio-professionnels/

Rendu à sa 5e édition, la particularité de cette année est l’accent mis sur l’entrepreneuriat, avec une attention particulière sur l’agro business. D’où l’implication et la responsabilisation accrue de ces jeunes dans la réalisation des différents ateliers, afin d’accroitre leurs compétences technologiques, linguistiques et professionnelles. Une façon de joindre les cours théoriques à la pratique.

Des jeunes en formation

Ce qui explique la décision de Claude-Alvine Mbappe Tankoua de dédier un hectare à la plantation, avec pour principales activités le verger, le potager, l’agriculture et l’élevage. Des tâches qui suscitent autant la curiosité que l’enthousiasme des apprenants. « Il y a de l’engouement, et depuis le 9 août (date non officielle du début de la formation), les jeunes sont véritablement mobilisés et les travaux vont bon train. Et nous pensons que pour la suite ce sera encore pareil », confie Sandrine Guanguem, éducatrice de jeunes.

Présent à ce lancement d’activités, Jacques Adelain Terrestra Nang, délégué régional de la Jeunesse et de l’éducation civique pour le Littoral n’a pas manqué de féliciter l’Ong. « L’initiative devient permanente au niveau de Sos Village d’enfants, c’est-à-dire qu’après avoir encadré des orphelins et les enfants en détresse, Sos se soucis de leur devenir en ce qui concerne l’insertion socio-économique », a-t-il déclaré. Jacques Adelain Terrestra Nang a également relevé l’importance d’encadrer les jeunes et de les former à des formations professionnalisantes en vue d’une véritable indépendance. « Tout le monde ne peut aller dans la fonction publique, il n’y a pas assez d’espace. La promotion de l’auto emploi veut que les jeunes aient un minimum de formation technique professionnelle dans leur encadrement éducatif, que la formation technique professionnelle soit prioritaire », a-t-il conseillé.

A lire aussi :  Forum « S’engager ! - Dialogues Afrique-Europe » : parole à la jeunesse !

Michèle EBONGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.