Formation : Des personnes vulnérables outillés à des métiers socio professionnels
Un atelier de couture de SOS Villages d’enfants

Grace à ses formations en couture, coiffure et hôtellerie, pour ne citer que cela, l’Ong Sos Village d’enfants permet aux jeunes femmes et enfants en difficulté, d’apprendre un métier adapté à leurs inspirations.

Florence Buka est l’une des bénéficiaires du programme de renforcement des familles de Sos Village d’enfants, une Ong qui vient en aide aux enfants en difficulté. Agée de 26 ans et mère de trois enfants, Florence qui n’avait aucune notion en couture, est désormais propriétaire d’un petit atelier. Installée dans une chambre au quartier Mbanga bakoko, en passant par Yassa à Douala 3e, l’ex-apprenante confectionne désormais des vêtements sans aucune difficulté. « Avant la fin de ma formation, je faisais déjà des raccommodages pour lesquels je recevais 500 F Cfa par vêtement. Aujourd’hui je couds déjà les kaba, des ensembles, les boubous pour hommes, les chemises, les pantalons, et les tenues d’école… », témoigne-t-elle.

Malgré les difficultés rencontrées, principalement le manque de matériel, Florence ne regrette en rien ces deux années passées au centre. Au contraire, elle ne cesse de remercier le ciel pour ce jour où elle a été informée de la tenue de cette formation en couture, grâce à laquelle elle arrive à subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille. « Mon mari est chauffeur de mototaxi, et depuis 2 semaines, elle est en panne, donc c’est moi qui, pour l’instant, m’occupe de la maison », explique cette couturière qui contribue également à l’éducation de son frère cadet.

Un atelier de couture de SOS Villages d’enfants

Outre la couture, ce programme offre également des formations en hôtellerie, en coiffure, et en puériculture, et les femmes ne sont pas les seules concernées. Le cas de Claude Manga, en formation depuis 6 mois, en hôtellerie et restauration. Passionné de la cuisine, le jeune homme de 19 ans doit encore passer 6 mois en atelier pour être sur le marché de l’emploi. Mais pour l’instant, il doit encore s’appliquer à réaliser des jus de fruits, la cuisson à la vapeur, et au bain marin, qu’il a appris lors des cours pratiques. Après le décès de son père, Claude est contraint d’interrompre ses études en 4e année d’enseignement secondaire technique. C’est donc pour lui rendre hommage, que Claude décide de devenir cuisinier, comme l’a été son père, parti trop tôt.

Pour pérenniser ce projet, et contribuer réellement à l’insertion socioprofessionnelle des enfants et filles vulnérables, Sos Village d’enfants devra avoir le nécessaire pour la rendre complète. Ce qui explique la visite d’Alexander Laskaris, Chargé d’Affaires (A.I) de l’Ambassade des Etats-Unis au Cameroun, le vendredi 9 juillet 2021 qui, pour sa première sortie à Douala, a offert du matériel de travail pour les apprenants. Notamment des machines à coudre, des équipements de cuisine, du matériel de coiffure. A en croire Claude Alvine Mbappe Tankoua, Directrice nationale de Sos Village d’enfants, ce don permettra au centre, d’étendre les opportunités de formation et aussi à un plus grand nombre de personnes vulnérables, de bénéficier d’une formation professionnelle adaptée à leurs inspirations.

Michèle EBONGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.