Engrais chimiques : Des solutions locales pour contrer la hausse des prix
Agriculture : A l’Ouest les agriculteurs fabriquent des substances fertilisantes pour booster leur rendement

Engrais chimiques : Des solutions locales pour contrer la hausse des prix

Avec l’inflation des coûts des engrais chimiques emportés, occasionnée par le Covid-19 et le conflit russo-ukrainien, les agriculteurs de la région de l’Ouest trouvent des stratégies pour limiter l’utilisation des substances emportées et maximiser leur rendement agricole Prix des Engrais chimiques.

Delphine Moméné a opté pour l’utilisation des engrais biologiques fabriqués localement par des entrepreneurs locaux à Baleng dans le département de la Mifi. Une décision motivée par l’inflation des engrais chimiques, dont le coût est passé de 15 000 à 40 000 F Cfa entre 2022-2023. « En 2022, j’étais buté par la hausse généralisée des prix des engrais chimiques importés au Cameroun. Une amie m’a conseillé un engrais liquide. Je l’ai utilisé par curiosité et j’étais satisfaite du rendement Prix des Engrais chimiques. J’ai récolté des maïs de qualité et en quantité et aussi du haricot lors de la deuxième campagne la même année », affirme cette agricultrice.

Pour contourner cette cherté des engrais chimiques, Alain Kewengoung, spécialisé dans la production des légumes dans le groupement Baleng à Bafoussam produit lui-même ses substances fertilisantes. « Il faut simplement connaitre des herbes qui peuvent apporter certaines substances nutritives à la plante. Les cueillir, les laisser fermenter et le tout est joué », explique ce maraîcher Prix des Engrais chimiques. Cette expérience confie-t-il, lui permet non seulement d’accroître son rendement tout en réduisant les coûts de production, mais aussi d’avoir des légumes bios. « L’engrais liquide a une prise au sol rapide pour une production bio », souligne-t-il.

A en croire Judicaël Teoyo, un autre producteur artisanal d’engrais biologiques dans la région de l’Ouest, son produit agit sur la plante en six jours, car comportant du calcium, l’azote, le phosphore et le potassium. « Ces engrais sont fabriqués à base des matières organiques animales et des plantes. Ces deux éléments sont mis en fermentation séparément. Après 21 jours, je passe au filtrage et je fais le mélange Prix des Engrais chimiques. Après cette étape, le produit est prêt à être utilisé », explique ce producteur de pastèque. Ses engrais biologiques sont vendus à 1 500F Cfa le litre.

Entamé en 2029, ce projet explique cet agriculteur, est une solution pour limiter les importations des engrais chimiques.  « J’ai commencé par une phase expérimentale où la première production a été testée par des agriculteurs Prix des Engrais chimiques.  J’ai eu des retours positifs. C’est ainsi que j’ai commencé à vendre mon produit aux proches. Sans agrément, il est difficile de le mettre sur le marché. Nous voulons avoir une certification avant de le commercialiser à grande échelle », confie Judicaël Teoyo.

À la délégation régionale de l’Agriculture et du développement rural de l’Ouest, des contrôles de routine sont faits afin de retirer du circuit des produits non homologués, confie David Fokou, chef service régional de contrôle de qualité Prix des Engrais chimiques. « Nous retirons du marché tous les produits non homologués. Ceux qui sont commercialisés, sont passés par des tests de conformités avec des détails sur le mode d’utilisation », affirme cet ingénieur agricole. Il ajoute que, « les produits non testés et approuvés peuvent être dangereux pour les plantes, l’environnement et la santé ».

D’après l’Institut national de la statistique (INS), dans son rapport sur le commerce extérieur du Cameroun, le pays a importé 129 600 tonnes d’engrais en 2022, pour un coût total de 66,4 milliards de F Cfa. Des importations en hausse de 81,6%, par rapport à celles de 2021.

Pour éviter que les agriculteurs soient asphyxiés, confie David Fokou, le gouvernement, pour la campagne agricole 2024, a subventionné 80 000 tonnes d’engrais pour relever la production au Cameroun. Une mesure annoncée le 5 avril 2024, par Gabriel Mbairobe, le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural (Minader),  lors du lancement de la campagne agricole en cours.

Aurélien Kanouo Kouénéyé

 

Mots – clés :

Engrais chimiques

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.