Entreprenariat : Le Réseautage, un atout pour les promoteurs du Made in Cameroun
Source- MINPMEESA_DataViz by ADISI-Cameroun

Pour les experts, en misant sur un meilleur réseau de professionnels, les petites et moyennes entreprises locales pourront non seulement avoir une entreprise stable et rentable, mais aussi un carnet d’adresse fourni.

Béatrice Webe, promotrice de Cosmalia, une entreprise de production de savon de toilette à base de plantes médicinales est l’une des exposantes de la foire organisée par l’Agence de promotion des petites et moyennes entreprises (Apme) du 02 au 03 novembre 2020 à Douala.

Devant son stand ce lundi, Béatrice attend impatiemment des curieux pour faire découvrir son savoir-faire. Présente à cette première édition des journées nationales de réseautage des acteurs de la chaine de valeur agroalimentaire, l’entreprise cosmétique veut sensibiliser les consommateurs encore sceptiques sur l’usage des produits naturels. Son objectif, « convertir tous les consommateurs des produits chimiques en produits bio ».

Comme elle, Jordan Abanda, promoteur de Sunrise Holding, une entreprise spécialisée dans la transformation des dérivés du manioc et produits associés espère se faire plus de visibilité après ces deux jours d’exposition. Cette foire en effet, offre à ces promoteurs du made in Cameroun non seulement la possibilité de se faire connaître, mais également d’enrichir leur carnet d’adresse.

C’est d’ailleurs l’intention du promoteur de Sunrise Holding, qui espère créer de nouvelles opportunités professionnelles. « On ne peut pas faire l’entrepreneuriat en étant seul », explique Landry Noutchang, expert consultant en entrepreneuriat. Pour lui, le réseautage permet non seulement d’avoir une entreprise stable et rentable, mais aussi un carnet d’adresse bien fourni. Il permet en outre, souligne-t-il, « d’augmenter ses revenus, apporte la crédibilité, et est la preuve de la réussite du projet. »

Au-delà des connexions, soutient Béatrice Webe, le réseautage contribue également à la formation et le recyclage des entrepreneurs. « On n’a pas toujours la possibilité d’arriver à la source. Avec les journées de réseautage comme celles-ci, les institutions nous informent, et ce que nous pensons souvent difficile tels que la labélisation des produits sont des choses pas compliquées », affirme l’entrepreneure.

Basée sur un échange entre professionnels, le réseautage offre aussi des solutions pour certains problèmes auxquels sont confronter les acteurs de l’économie locale, surtout ne termes d’appui financier et de visibilité.  « Nous avons besoin des accompagnements et de la visibilité. On a toujours ces problèmes de financement. Mais dans une rencontre comme celle-ci, nous avons été édifiés sur la démarche à faire pour pouvoir être accompagné aisément », a-t-elle indiquée.

Selon Joseph Tchana, Secrétaire général du ministère des Pme, de l’Economie Sociale et de l’Artisanat, la part des Petites moyennes entreprises (Pme) est à peu près à 30% au Cameroun en terme de création d’entreprise. « Nos objectifs, pour qu’on atteigne l’Emergence en 2035, c’est qu’on porte ces parts à 50% », a-t-il déclaré, lors de première édition des journées nationales de réseautage des PME de la chaîne de valeur agroalimentaire qui s’est déroulée sous le thème « mutualiser les ressources pour améliorer les performances individuelles et collectives ». Une initiative dont l’objectif est de promouvoir le Made in Cameroun.

Michèle EBONGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.