Filière porcine : le Cameroun veut améliorer son cheptel
Une truie qui allaite. Crédit photo : DataCameroon

Filière porcine : le Cameroun veut améliorer son cheptel

Le gouvernement à travers le ministère de l’Elevage des Pêches et des Industries animales (Minepia), a lancé le 16 août 2022 une manifestation Filière porcine Cameroun d’intérêt pour identifier les fermes qui recevront les 360 races de porcs que le pays va importer.

Le ministère de l’Elevage des Pêches et des Industries animales (Minepia), à travers le projet de développement des chaînes de valeur de l’élevage et de la pisciculture (Pd-cvep) a lancé le 16 août 2022 un avis de sollicitation à manifestation d’intérêt pour l’identification des fermes futures bénéficiaires des porcs géniteurs améliorés Filière porcine Cameroun. Il s’agit de 360 porcs de races que le Cameroun va importer, question d’améliorer le potentiel génétique du cheptel national.  La fourniture se fera en trois lots pour une enveloppe globale de 5,5millions Fcfa.

Le gouvernement à travers le ministère de l’Elevage des Pêches

Ces fermes pilotes devront être situées dans les régions du Centre, du Littoral et de l’Ouest, même si certains producteurs regrettent la non intégration dans le projet de la région de l’Extrême-Nord, principal bassin de production du porc au Cameroun qui à elle seule fournit par an, 60% de la production nationale.  Il y aura donc 12 fermes pilotes de sélection qui seront autorisées à faire des croisements intra-races pour perpétuer les races pures reçues ; 06 fermes pilotes de multiplication qui devront les reproduire pour alimenter les autres unités de production du pays pour les quantités et qualités de viande de porc escomptées.

Filière porcine Cameroun les fermes qui recevront les 360 races de porcs

Ce processus de rajeunissement lancé depuis 2014 avec le soutien de quelques bailleurs étrangers tels que la Banque africaine de développement (Bad), a déjà permis de diffuser près de 6000 porcelets dans les fermes à travers le pays. Selon l’annuaire statistique publié par l’Institut national de la statistique (Ins), entre 2010 et 2015, la production est passée de 2,44 millions de têtes à plus de 3, 37 millions. L’on apprend qu’en 2011 presqu’un million de bêtes ont été abattues contre 580.000 pour plus de 40.000 tonnes de viande de porc en 2015. Des chiffres qui montrent que la filière porcine est en baisse depuis plusieurs années avec une demande chiffrée à 75 000 tonnes de viande par an contre une production de près de 30.000 tonnes Filière porcine Cameroun. Une filière vieillissante et encore fragilisée par des épizooties telles que la peste porcine africaine qui a touché le cheptel porcin national au 3e trimestre 2021 en décimant 22,5% soit 90 000 porcs en l’espace de trois mois. Un cheptel par ailleurs vieillissant.  La toute première épizootie de peste porcine au Cameroun survenue en 1982 avait officiellement décimé 80% du cheptel porcin du pays.

Sabine LEMANA

A lire aussi :  Elevage : la filière porcine en pleine dégringolade à l’Est

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.