A travers sa plateforme en ligne, l’Open Timber Portal promeut la légalité et la transparence dans les opérations forestières dans le bassin du Congo, à travers la publication d’informations auparavant inaccessibles.

En termes de transparence dans le secteur forestier au Cameroun, la Groupe Alpicam, occupe la première place, sur 86 entreprises classées. C’est du moins ce qui ressort du récent classement de la plateforme en ligne indépendante, L’Open Timber Portal (OTP), qui promeut le commerce de produits issus de forêts exploitées légalement. Cette structure spécialisée entre autres dans l’exploitation forestière, la transformation, a fourni 90% des documents demandés qui renseignent sur sa gestion, disponibles et accessibles dans la section documentation de la plateforme en ligne. ALpicam est respectivement suivi dans la liste des 5 premières structures qui ont fourni des données sur leurs boîtes, de Grumcam (83,33%), Dino&Fils (78,57%), Pallisco (63,16%) et la Côtière forestière (54,14%).

En effet, dans l’optique d’apporter la transparence dans les opérations forestières au Cameroun et dans l’ensemble du Bassin du Congo, cette plateforme a été créée afin de centraliser les informations provenant à la fois des entreprises forestières sur la légalité de leur activité, de l’administration sur les limites officielles des titres, documents légaux et liste des entreprises forestières agrées, et enfin des observateurs indépendants sur les cas potentiels d’illégalités.

Elaboré par World Ressources Institute (WRI) en partenariat avec diverses organisations, l’OTP a été déployé de septembre 2018 à août 2019 au Cameroun dans le cadre du projet « Promotion et déploiement du portail Open Timber (OTP) au Cameroun » financé par l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) dans le cadre de son Programme FAO-UE FLEGT et mis en œuvre par Field Legality Advisory Group (FLAG). Dans sa mise en œuvre, ce projet a permis de rendre la plateforme opérationnelle au Cameroun en associant l’administration forestière et les entreprises dans son déploiement et son exploitation.

Ce travail a conduit à l’ouverture d’une vingtaine de comptes dans l’OTP par les entreprises cameroushareholdernaises et le chargement de plusieurs documents dans la plateforme. A ce jour plus de 400 documents regroupés en 9 catégories faisant référence à plusieurs titres et à plusieurs thématiques de l’exploitation forestière sont disponibles sur la plateforme. Et environ 40% de ces documents ont été directement chargés par les entreprises elle mêmes.

Dans le bassin du Congo, l’OTP est mis en œuvre en République Démocratique du Congo (RDC), au Congo, au Cameroun. Il est en cours d’implémentation en République Centrafricaine (RCA). Depuis la mise en ligne de la version beta en juillet 2018, l’OTP a vu plus de 6 000 nouveaux utilisateurs se connecter au site. Ces utilisateurs sont basés dans 120 pays. Le Cameroun est le 2e pays le plus actif avec plus de 600 utilisateurs, juste après les USA qui comptent près de 1900 utilisateurs, et devant le Royaume-Unis, la France, l’Italie, la Belgique, la RDC et le Congo.

Marie Louise MAMGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.