Nord : 1 263 cas de tuberculose détectés au premier semestre 2022

Nord : 1 263 cas de tuberculose détectés au premier semestre 2022

Ce chiffre est en dessous de l’objectif de 1 716 cas défini par le Groupe Technique Régional de lutte contre la Tuberculose du Nord. C’est une maladie qui n’épargne pas les enfants dans la région du Nord.

Au Nord Cameroun, les chiffres des patients vivant avec la tuberculose sont inquiétants. Pourtant, plusieurs malades continuent de faire de l’automédication au détriment des soins gratuits dans les formations sanitaires. Au premier semestre 2022, 1 263 cas ont été détectés. Un nombre en hausse par rapport aux statistiques de 2021 qui étaient de 1 183 cas pour la même période. Le Groupe Technique Régional (GTR) de lutte contre la Tuberculose du Nord avait ciblé 1 716 patients contre 1 596 l’année dernière.

D’après Wayadama, cette situation peut se justifier par l’existence des cas dans les communautés qui restent loin des formations sanitaires et la ruée vers les produits traditionnels en cas de toux ou de tout autre symptôme. « Nous sensibilisons les prestataires dans les formations sanitaires et nous demandons aux patients de se faire dépister dès l’apparition des premiers symptômes. Il existe quatre signes cardinaux de la Tubercule : la toux, les sueurs nocturnes, l’amaigrissement et la fièvre. Un seul de ces signes doit interpeller le prestataire à faire des prélèvements », exhorte-t-il.

Groupe Technique Régional de lutte contre la Tuberculose du Nord

La tuberculose chez les enfants est une réalité dans le Nord. Entre janvier et juin 2022, elle a enregistré 41 enfants souffrants de cette maladie infectieuse et contagieuse, contre 56 cas en 2021 pour la même période. D’après les spécialistes, la tuberculose chez l’enfant est difficile à diagnostiquer. « L’enfant produit peu de crachat et le prestataire est souvent obligé de faire un tubage gastrique qui est un acte médical », affirme une source au GTR Nord.

 

La Tuberculose pédiatrique concerne les enfants de 0 à 14 ans. Les enfants ayant une immunité fragile, ceux de moins de 5 ans ayant des parents tuberculeux sont automatiquement mis sous traitement préventif. « Les études ont révélé qu’après 5 ans, le vaccin BCG ne garantit plus une protection contre la Tuberculose. En grandissant, chacun a probablement été en contact avec les germes et l’organisme aurait déjà produit des anticorps contre ces germes », explique Wayadama.

La région du Nord représente 11% des cas des Tuberculoses enregistrés au Cameroun. Cette dernière est par ailleurs la 4e région la plus infectée après le Centre, le Littoral et l’Extrême-Nord.

Jérôme Baïmélé à Garoua

A lire aussi :  Tuberculose : Rupture des Rhez à Douala

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.