Nord : 471 cas d’incendie identifiés entre 2019 et 2022
Incendie à l'école publique de Plateau à Garoua en janvier 2020

Nord : 471 cas d’incendie identifiés entre 2019 et 2022

Des pertes en vies humaines et des dégâts matériels importants sont enregistrés. Plusieurs causes sont évoquées, entre autres la défaillance des installations électriques, le retour brusque du courant après coupure et la manipulation indélicate des sources de chaleur domestique incendie au nord.

Falay a perdu ses diplômes dans un incendie qui a calciné sa chambre au quartier Camp chinois à Garoua, chef-lieu de la région du Nord, en novembre 2021. « J’étais parti faire mon job à l’aéroport. A mon retour, j’ai trouvé seulement les débris. Les gens ont maîtrisé une partie des flammes en versant de l’eau, mais mon diplôme de Bepc n’a pas échappé », s’alarme-t-il.

Moussa Abba quant à lui, a perdu son ancien voisin qui a trouvé la mort dans un incendie à Roumdé Adjia le 25 décembre 2022. « On n’a pas fêté. Lorsque j’ai été informé, je me suis rendu sur les lieux. Il a rendu l’âme à l’hôpital », témoigne le jeune couturier dans la ville de Garoua.

Un drame de plus qui hante Moussa, qui se souvient encore de l’incendie qui a décimé  une famille de quatre personnes, le 24 décembre 2020, dans des circonstances similaires à Marouaré avec d’importants dégâts matériels. « On avait appelé les sapeurs-pompiers, mais ils sont arrivés trop tard. Les voisins se sont débrouillés, mais on n’a pas pu sauver la famille », regrette-t-il.

incendie au nord, Plusieurs causes sont évoquées, entre autres la défaillance des installations électriques

Les incendies dans la ville de Garoua sont récurrents. Plusieurs familles se trouvent sans abri à cause de la furie des flammes difficile à maîtriser. Au 30 novembre 2022, le Centre de secours de la 301e Compagnie d’incendie de Garoua a intervenu pour 99 cas d’incendies, contre 120 cas en 2021 et 161 cas en 2020.

Plusieurs causes sont avancées pour justifier ces départs de feu. Notamment, la défaillance des installations électriques, le retour brusque du courant après coupure, la manipulation indélicate des sources de chaleur domestique, l’imprudence, la négligence, la bougie laissée sans surveillance, la bouteille à gaz non fermée.

D’après une source au Centre de secours de Garoua, les interventions des sapeurs-pompiers sont souvent obstruées par plusieurs obstacles. Aux difficultés matérielles, s’ajoutent l’inaccessibilité de certains quartiers, les constructions anarchiques, l’hostilité de la population et le sabotage de la ligne verte par des actes de vandalisme. « A cause des maisons mal construites, on n’a pas souvent accès jusqu’au lieu de l’incendie. Certaines personnes barrent la route à cause de leurs cérémonies. Le temps de faire marche arrière le feu est en train de faire des ravages », explique notre source. Qui sollicite que la ville de Garoua soit dotée de plusieurs centre de secours.

Jérôme Baïmélé

A lire aussi :  Non, il n’y a pas eu un nouvel incendie à la sous-préfecture de Muyuka

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.