Santé mentale : Presqu’un jeune sur trois se sent déprimé au Cameroun

C’est ce qui ressort d’une enquête menée par l’UNICEF et Gallup dans 21 pays au cours du premier semestre 2021.

32% de jeunes de la tranche de 15 à 24 ans au Cameroun ont déclaré se sentir déprimés ou n’avoir rien envie de faire.  C’est ce qu’indique une étude réalisée par le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) et Gallup, dans 21 pays au cours du premier semestre 2021. Un moral en perne, que ressent presqu’un jeune sur trois au Cameroun, et 1 jeune sur 5 dans le monde.  « Néanmoins, il est important de souligner que ces chiffres illustrent uniquement la perception directe des jeunes, sans lien avec un quelconque diagnostic médical de dépression », relève l’Unicef dans son rapport sur la situation des enfants dans le monde en 2021.

Il ressort en effet de cette étude, déplore l’Unicef, que beaucoup d’enfants sont en proie à la tristesse, à la souffrance ou à l’anxiété. Certains se demandent ce qu’il adviendra de ce monde et quelle place leur sera réservée. Globalement selon les estimations, plus de 13 % des adolescents âgés de 10 à 19 ans sont atteints d’un trouble mental diagnostiqué aux termes de la définition de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Cela représente 86 millions d’adolescents âgés de 15 à 19 ans et 80 millions d’adolescents âgés de 10 à 14 ans. L’anxiété et la dépression représentent environ 40 % des troubles mentaux diagnostiqués ; parmi les autres pathologies figurent le trouble déficitaire de l’attention/hyperactivité, les troubles du comportement, la déficience intellectuelle, le trouble bipolaire, les troubles de l’alimentation, l’autisme, la schizophrénie et un groupe de troubles de la personnalité. On relève également selon ces estimations, que 45 800 adolescents se suicident chaque année, soit plus d’un jeune toutes les 11 minutes.

Face à un tel défi, il est impératif de promouvoir, de protéger et de prendre en charge la santé mentale des enfants et des jeunes, recommande cette agence onusienne. Malheureusement, les interventions mises en place à ce jour sont insuffisantes en raison d’un manque de leadership et d’investissement et d’une réticence à traiter ces problèmes, si ce n’est à en parler. L’Unicef préconise aussi de prendre des mesures visant à promouvoir la santé mentale de chaque enfant, à protéger les enfants vulnérables et à prendre en charge les enfants confrontés aux problèmes les plus graves. Pour atteindre ces objectifs, les différentes parties prenantes doivent s’engager, communiquer et agir.

Marie Louise MAMGUE

3 thoughts on “Santé mentale : Presqu’un jeune sur trois se sent déprimé au Cameroun

  1. Merci pour les infos avec des statistiques. Mais la santé mentale des enfants et des jeunes est étroitement liée à la précarité de la santé mentale des Adultes de leurs différents environnements. Notamment du milieu familial qui est le centre de la formation de la personnalité du sujet (de la naissance à l’adolescence). Lorsque des dysfonctionnements interviennent ou cours de cette période d’évolution. La santé mentale de l’enfant avant ou pendant l’adolescence risque fort de prendre un grand coup.

    • Bonjour monsieur nous vous espérons en bonne forme, nous avons lu votre commentaire sur l’un de nos articles et vous remercions de l’intérêt que vous portez à notre égard.
      veuillez svp nous laisser vos contacts divers(numéros de téléphones).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.