Sécurité alimentaire : Près de 16% des activités de ménages agricoles perturbées en 2021

D’après l’Institut national de la Statistique, la Covid-19 a affecté négativement plus de la moitié des ménages, avec l’augmentation du prix des intrants des principaux aliments consommés, et la perte d’emploi.

Au Cameroun, près d’un ménage sur quatre (22.9%), a été en insécurité alimentaire dans les régions de l’Adamaoua, de l’Est, de l’Extrême-nord, du Nord et de l’Ouest. Soit une hausse de 10.1 points par rapport à 2019. Cette détérioration de la sécurité alimentaire est principalement imputable à la crise sécuritaire dans l’Extrême-Nord, le Nord-Ouest et le Sud-Ouest. Peut-on lire, dans l’édition 2021 de l’analyse sur les indicateurs de développement durable au Cameroun, publiée par l’Institut national de la Statistique, le 10 janvier 2022. Cette brochure met en exergue certains indicateurs clés disponibles, à travers laquelle les efforts accomplis par le Cameroun vers l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD) depuis l’adoption de l’agenda 2030, peuvent être appréciés.

D’après cette étude, la survenue de la Covid-19 a porté ombrage à plusieurs activités économiques et a rabaissé davantage la population dans la pauvreté. En juillet 2021, on estime à plus de 53 % de la proportion des ménages possédant une entreprise familiale dont le revenu a connu une baisse du fait de la pandémie.

Par conséquent, plusieurs familles ont vu leurs revenus diminuer. Cette étude estime en effet, à près de 16% des ménages agricoles, dont les activités ont été perturbées.  En outre, plus de la moitié des ménages, soit 51,4%, ont été affectés négativement par l’augmentation du prix des intrants des principaux aliments consommés, et la perte d’emploi. D’où la nécessité pour le Cameroun, de doubler sa productivité agricole et les revenus des petits producteurs alimentaires, dont le revenu annuel moyen tiré de l’élevage est évalué à 360 439 F Cfa et 518 831 F Cfa pour l’agriculture.

A lire aussi :  Made in Cameroun : La production des farines locales en projet

Toujours à cause de la Covid-19, relève ce rapport qui revient sur les 17 objectifs des ODD, la scolarisation d’environ 4,5 millions d’élèves du primaire, 1,8 millions d’élèves de l’enseignement secondaire général et technique ainsi que 40.000 apprenants de la formation professionnelle a été handicapée. Cette situation a davantage réduit les opportunités d’apprentissage des enfants issus des familles les plus vulnérables, exclus du téléenseignement à cause de la fracture numérique.

D’après l’INS, cette pandémie a perturbé le calendrier de réalisation des opérations statistiques, limitant ainsi d’actualiser de nombreux indicateurs de suivi des progrès réalisés par le Cameroun, vers l’atteinte des ODD. Le choix des indicateurs analysés dans cette brochure a été influencé par leur disponibilité et leur pertinence par rapport à la Vision 2035 et aux politiques sectorielles, à l’Agenda 2030 des Nations Unies et celui de 2063 de l’Union Africaine, ainsi que les Accords et Conventions ratifiés par le Cameroun.

Michèle EBONGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.