Tuberculose : Les antituberculeux en rupture pendant 24 semaines
Source: vcp

Les antituberculeux destiné a soigner la tuberculose en rupture pendant 24 semaines

Rapportée par l’association Positive Génération, cette rupture de stock observée entre avril 2023 à février 2024 a impacté la disponibilité des traitements standardisés de la tuberculose et contraint des patients à acheter le traitement en pharmacie Les antituberculeux en rupture au Cameroun.  La prise en charge de cette maladie au Cameroun est pourtant gratuite.

Anne atteinte de la tuberculose et sous traitement dans une formation hospitalière de la ville de Douala, témoigne avoir été contrainte en mai 2023 de s’acheter des médicaments d’une valeur de 40.000 F Cfa pour un traitement de deux semaines seulement Les antituberculeux en rupture au Cameroun. Une dépense que lui a imposée la pénurie des antituberculeux dans un contexte ou la prise en charge est gratuite depuis 2004 au Cameroun.

Cette pénurie des antituberculeux, explique l’Association Positive Generation qui cite le rapport annuel de Treatment Access Watch (TAW) de 2023, s’est étendue de la période allant d’avril 2023 à février 2024 avec 24 semaines cumulées de rupture de médicaments.  « 20 ans après, il faut payer 40.000 F Cfa toutes les deux semaines pour se soigner de la tuberculose au péril de sa vie Les antituberculeux en rupture au Cameroun. C’est une grande régression dans la lutte contre cette maladie », dénonce l’association Generation Positive dans un communiqué de presse publié le 24 mars 2024 à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre la tuberculose .

Pour justifier cette pénurie une source rencontrée au Programme national de lutte contre la tuberculose (Pnlt), confie que les causes sont multiples. Elle cite entre autres les problèmes logistiques car les médicaments arrivent parfois au pays mais ne sont pas très vite sortis de la douane.  Quant à elle, Positive Generation impute cette rareté des médicaments au vol l’année dernière d’une cargaison d’antituberculeux de près d’un milliard F Cfa à la Centrale nationale d’approvisionnement en médicaments et consommables médicaux essentiels (Cename). Information que ne dément pas notre source au Pnlt : « Bien sûr que tout passe par la Cename, les commandes sont passées par le groupe technique central et les médicaments d’approvisionnement y sont stockés, puis le Fonds régional va les prendre et les distribuer aux formations sanitaires. » Les antituberculeux en rupture au Cameroun

Ont particulièrement été en rupture de stocks les Rehz à hauteur de 78% et les RH, 22%. Il s’agit-là des traitements standardisés de la tuberculose ayant pour objectifs de guérir le patient de sa maladie, prévenir le décès, les complications et les rechutes, entre autres.

« Avec une rupture de traitement de 24 semaines on va tout recommencer à zéro sans aucune possibilité de rattraper quoi que ce soit. Et les conséquences sont celles qu’on connait, avec des complications telles que des formes de tuberculose plus graves que celle de départ », explique un médecin qui a requis anonymat Les antituberculeux en rupture au Cameroun. Selon Positive Generation, une inspection effectuée dans 101 formations sanitaires a permis de constater une rupture de 24% des antituberculeux, 48% des tests de crachat, 11,8% du traitement préventif et 5,68% de Bcg. Une rupture de stock qui a contraint certains patients à se rendre en pharmacie pour leur prise en charge.

Mélanie Ambombo

Mots – clés :

Tuberculose

Antituberculeux

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.