Adamaoua : plus de 170 000 tonnes d’igname produites entre 2017 et 2022
Une vue du marché des ignames à Mbé, région de l’Adamaoua.

Adamaoua : plus de 170 000 tonnes d’igname produites entre 2017 et 2022

Malgré le manque de chiffres consolidés sur le nombre de producteurs et des surfaces emblavées par année, cette filière prospère dans cette région La production d’igname dans l’Adamaoua. La localité de Mbé dans le département de la Vina est d’ailleurs l’un des grands bassins de production de ce tubercule au Cameroun.

Pascal Lucas, 54 ans, prépare la rentrée académique de ses deux neveux, à l’université de Ngaoundéré. Sourire au coin, ce cultivateur vend des ignames produites de son propre champ situé dans la localité de Gamba, arrondissement de Mbé, région de l’Adamaoua. « J’ai déjà vendu deux tas à 5 000 F Cfa  à un camionneur », informe-t-il.

Malgré les ressources que dégage Pascal, ce producteur accuse la précarité qui le pousse à vendre à vil prix une partie de sa production, alors que la récolte de ses deux hectares emblavés est encore en cours. « Je dois envoyer mes enfants à l’école, voilà pourquoi je vends une bonne partie de la production », explique-t-il, avant de préciser qu’il a déjà vendu quatre sacs de 100 kg d’igname à 50 000 F Cfa La production d’igname dans l’Adamaoua.

Alex, voyageur en provenance de Ngaoundéré pour Garoua, a fait sa provision à Gamba, localité considérée par certains comme le bassin de production de ce tubercule dans l’Adamaoua. « C’est en vrac, avec 5 000 F Cfa, tu peux acheter trois gros tas d’ignames », confie-t-il La production d’igname dans l’Adamaoua. « Les prix sont pour toutes les bourses, variant de 1500 F Cfa à 10 000 F Cfa, voire plus », ajoute-t-il.

Encore appelé « l’or blanc », l’igname blanc de Mbé a le vent en poupe dans la région de l’Adamaoua. Ce tubercule très prisé par les populations devient au fil des ans la culture favorite des paysans.

En l’absence de chiffres consolidés sur le nombre de producteurs et des surfaces emblavées par année, la délégation régionale de l’Agriculture et du Développement rural de l’Adamaoua, indique que 2 840 hectares ont été emblavées en 2020, pour une production annuelle de plus de 37 213 tonnes(t), soit un rendement de plus de 10t à l’hectare La production d’igname dans l’Adamaoua.

D’après le service régional des enquêtes et des statistiques de l’Adamaoua, les chiffres disponibles sont parlants. De 2017 à 2022, plus de 173 793t d’ignames ont été produites dans la région La production d’igname dans l’Adamaoua. « En 2022, la production est montée à plus de 50 000t », indique une source au Minader. « La terre est riche, le climat est favorable et plusieurs producteurs ont fait leur entrée dans la filière », justifie notre source.

Malgré les difficultés liées aux conditions de travail, le manque de matériels modernes et de route, les pertes post récolte, les producteurs sont unanimes que l’activité nourrit son homme La production d’igname dans l’Adamaoua. « On parvient à subvenir à nos besoins familiaux. Un producteur peut gagner des centaines de mille de F par an », révèle Lucas.

Jérôme Baïmélé

Mots – clés :

Adamaoua

Igname

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.