Changements climatiques : La faim plane sur la localité Batschenga
Un champ. Les cultures menacées par les changements climatiques

Changements climatiques : La faim plane sur la localité Batschenga

Confrontées à une chute de la production agricole engendrée par les effets du changement climatique, les habitants de cette localité de la Lékié demandent Changements climatiques la localité Batschenga des mesures d’accompagnement à l’Etat.

 Bruno Bikele Ambomo se souvient du bon vieux temps, cet agriculteur et chef du village Olembe à Batschenga dans la Lékié, région du Centre, raconte avec beaucoup de nostalgie qu’il y a quelques temps le climat était clément et propice à l’activité agricole. Grâce aux deux saisons pluvieuses l’an, les villageois avaient bien établi leur calendrier cultural. « Tout allait bien, nous parvenions à nous nourrir et à prendre soin de nos familles. Aujourd’hui du fait de la rareté des pluies et du prolongement de la saison sèche tout est bouleversé et nous ne savons plus à quel moment cultiver », confie cette autorité traditionnelle.

Pour mieux étayer ces propos, il témoigne avoir cultiver du maïs sur 13 hectares mais n’a pu en récolter que 46 sacs. Un gros manque à gagner qu’il n’est pas seul à subir car les habitants de son village se plaignent aussi d’avoir tout investi dans les récentes activités agricoles sans avoir eu à récolter grand-chose. Selon ce chef du village ce phénomène s’observe aussi dans les localités environnantes à savoir Sa’a, Obala et Mbandjock.

une chute de la production agricole engendrée par les effets du changement climatique

Les populations qui disent ne pas avoir des capacités pour lutter contre ces changements climatiques affirment être de plus en plus exposées à la faim. « Qu’allons-nous manger si nos cultures ne produisent pas ? Nous n’avons même pas d’argent pour nous acheter des provisions aux marchés nos champs sont notre seul espoir », tranche Marie madeleine Ngono, une cultivatrice.

Face à cette situation, ces villageois qui accusent l’Etat d’avoir implanté autour de leur localité de grands projets structurants qui selon eux accéléraient les changements climatiques, lui demandent de Changements climatiques la localité Batschenga prendre des mesures conséquentes. « A Lom Pangar à cause du barrage qui y a été construit, l’eau du fleuve sort de temps en temps de son lit en inondant les villages à 22 kilomètres. Je crois que nous ne sommes pas loin de là avec le barrage de Nachtigal », avise une riveraine. Prenant donc pour prétexte la tenue du 6 au 18 novembre 2022 de la Cop 27 à Charm el-Cheikh en Egypte, ces populations souhaitent que les représentants du Cameroun à ce rendez-vous climatique puissent trouver des solutions à leur problème.

Mélanie Ambombo

A lire aussi :  Changement climatique : Le septentrion cherche des solutions durables

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.