Consommation des drogues : les jeunes de moins 40 ans les plus exposés au Cameroun
La consommation des substances psychotropes inquiète chez les jeunes

Les jeunes dans la Consommation des drogues au Cameroun

Avec 2057 patients enregistrés à date selon le Comité national de lutte contre la drogue, les jeunes de moins de 15 ans et ceux âgés de moins de 40 ans, restent les plus touchés par ce fléau. Le Cameroun est appelé à intensifier les mesures préventives Consommation des drogues au Cameroun.

D’après le Secrétariat Permanent du Comité national de lutte contre la drogue (Cnld), à date, le nombre de patients accueillis dans les 19 centres de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (Csapa), logés dans les hôpitaux de 2e et de 3e catégories que comptent le Cameroun est passé de 1719 cas en 2023 à 2057 patients en 2024 Consommation des drogues au Cameroun.

En analysant les données publiées par le Cnld le 26 juin 2024 au cours de la 37e édition de la Journée internationale de lutte contre le trafic et l’abus illicite des drogues, il en ressort comme en 2023 que les  personnes âgées de moins de 40 ans sont les plus exposées aux drogues Consommation des drogues au Cameroun. D’ailleurs 47 toxicomanes sont les jeunes âgés de moins de 15 ans.

Comme en 2023, on note une forte prédominance des personnes âgées de 20 à 24 ans (679 cas), suivi de la tranche oscillant de 25 à 29 ans (420).  Concernant la tranche d’âge comprise entre 15 et 19 ans, ils sont 308 cas, contre 228, pour celle allant de 30 à 34 ans Consommation des drogues au Cameroun. Les moins atteints sont ceux âgés de 35 à 39 ans avec 135 malades loin des 211 patients de 40 ans et plus.

Cette dépendance aux stupéfiants, selon le sociologue Dr Henri Bekolo, est motivée par une situation de dépression, causée par les soucis du quotidien, le chômage, la pauvreté et les crises socio-politiques qui finissent par pousser les jeunes à trouver un réconfort éphémère dans la consommation des drogues Consommation des drogues au Cameroun. Or, prévient le médecin, Dr Paul Tasse, la toxicomanie, loin d’être une solution, génère d’autres problèmes, notamment médicaux.

D’après le ministère de la Santé Publique (Minsanté), la substance la plus consommée au Cameroun en 2023, est le cannabis avec 689 cas, suivis de l’alcool 378, et du tabac 366. Le reste est réparti entre la cocaïne (219), le tramadol (260), les amphétamines (24) et autres drogues (135) Consommation des drogues au Cameroun. On note également plusieurs cas de polyconsommation.

Dénonçant ces nombreux cas de consommation des drogues qu’elle impute à la faible accessibilité aux centres de réhabilitation des personnes addictes aux drogues, à la rareté des dits centres et aux coûts élevés des traitements, la Commission des droits de l’Homme du Cameroun (Cdhc), se dit également préoccupé par le fait que des mesures adéquates de contrôle et de suivi ne sont pas prises jusqu’ici pour lutter contre la consommation des substances psychotropes Consommation des drogues au Cameroun.  Citant l’Indice mondial du crime organisé 2023 publié le 24 janvier 2024, la Cdhc, rappelle que les scores du Cameroun sur le commerce de l’héroïne, de la cocaïne, du cannabis et des drogues de synthèse demeurent inchangés soit 4,5 ; 3,5 ; 7 et 7 sur 10.

Pour venir à bout de ce fléau, la Commission a formulé une multitude de recommandations. Elle recommande aux ministères de l’Education de base (Minedub), des Enseignements secondaires (Minesec), de la Promotion de la Femme et de la Famille (Minproff) et des Affaires sociales (Minas), d’intensifier les campagnes régulières préventives de sensibilisation contre toute consommation de drogues Consommation des drogues au Cameroun. Pour sa part, le Dr Paul Tassé suggère « d’investir dans la prévention et accentuer la sensibilisation par le biais des conférences éducatives et les campagnes organisées par les centres de soins d’accompagnement et de prévention, et de véritablement prendre en charge les personnes souffrant d’addiction ».

Par Mélanie Ambombo

Mots – clés :

Consommation des drogues

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.