Droits des populations autochtones : Des zones d’ombre persistent

Droits des populations autochtones : Des zones d’ombre persistent

Selon le ministère des Affaires sociales, le développement de ces peuples confrontés au faible accès aux facilités sociales, passe par la femme Droits des populations autochtones.

Les populations autochtones (Mbororos, Bakas, Bakola, Bagyelis, Bedzan) au Cameroun font face à la pauvreté, à un accès inégal à l’éducation, à la santé et à l’emploi. En fait selon le ministre des Affaires Sociales (Minas), Pauline Irène Nguéné, ces populations sont confrontées à un faible accès aux facilités sociales. Facilités sociales ici représentées par : un faible accès aux bénéfices générés dans l’exploitation des ressources de leur environnement ; l’expropriation de leurs terres par les agro-industries et les entreprises d’extraction minière entre autres.

Droits des populations autochtones le ministère des Affaires sociales, le développement de ces peuples

Des situations considérées par la Minas comme un frein à la promotion de leur droit. En prélude à la journée à eux consacrée qui se célèbre le 09 août prochain, le Comité intersectoriel de suivi des programmes et projets impliquant les populations autochtones vulnérables au Cameroun (Cispav) s’est réuni le 03 août dernier à Yaoundé Droits des populations autochtones.

Un campement de pygmées 

Autour de la Minas, il était question au cours de ces travaux d’évaluer l’ensemble des avancées réalisées en faveur de la promotion et de la protection des peuples autochtones au Cameroun, question de critiquer et faire des recommandations pour une amélioration, a relevé, Henri Nyamsi III Dikosso, directeur de la Solidarité nationale et du développement social au Minas.

Prenant ainsi pour prétexte ces travaux, le thème de la 28e édition de cette journée à savoir : « le rôle des femmes autochtones dans la préservation et la transmission des savoirs traditionnels », a été débattu.  Il y a été admis que les femmes, celles autochtones en particulier jouent un rôle prépondérant dans la préservation et la transmission des savoirs traditionnels malgré toutes les difficultés auxquelles elles font face Droits des populations autochtones.

Pour le développement de ces populations, le Cispav qui vise à permettre aux populations autochtones de jouir de leurs droits fondamentaux, demande de mettre la femme au cœur de toute chose Droits des populations autochtones. Il faut donc se demander : quelle est la place de la femme autochtone au sein de sa communauté ? Quelle est la situation de l’éducation de l’enfant autochtone au Cameroun ? Comment prendre en compte les valeurs culturelles de ces peuples dans la conception, l’élaboration et l’implémentation des programmes éducatifs ?

Sabine LEMANA

A lire aussi :  Démographie : 17% de la population mondiale vit en Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.