Entrepreneuriat féminin : Au Cameroun, seulement 21% de femmes sont des cadres supérieurs
Représentativité des femmes (%) dans les entreprises au Cameroun

C’est ce qui ressort d’une enquête réalisée auprès de 203 entreprises dont le résultat a été présenté le lundi 7 mars 2022 au siège du Gicam à Douala. 

Les femmes ne sont pas assez représentées dans certains services. C’est le résultat de l’étude sur la représentativité et représentation des femmes dans les économies camerounaises et leur accès à la commande publique réalisée auprès de 203 entreprises. Dont la présentation a été faite le lundi 7 mars 2022 au Groupement Inter-patronal du Cameroun (Gicam). Publiée en 2022, cette enquête réalisée auprès de 203 entreprises révèle que 35,3% de femmes sont logées dans la catégorie de cadres, employés, techniciens et débutants. Avec seulement 21,3% dans la catégorie des cadres supérieurs.

Dans les grandes entreprises, le Cameroun passe d’une moyenne de 34% d’employés femmes (cadre débutants et techniciens), à 12,9% dans la catégorie des cadres supérieurs. Tout le contraire de ce que l’on observe dans les Très petites entreprises (Tpe) qui comptent 40,2% de cadres supérieurs. « La proportion des femmes baisse au fur et à mesure qu’on monte en catégorie… Les entreprises camerounaises, surtout les plus grandes, emploient moins de femmes à des niveaux élevés d’encadrement. Et pourtant, plus de 76% des dirigeants déclarent que les femmes ont un apport particulier dans l’atteinte des résultats de leur entreprise », explique célestin Sikube, ingénieur diplômé en statistiques à l’Institut national de la statistique (Ins).

Déséquilibre

Pour lui, c’est ce système qui explique la faible présence des femmes Président-Directeur Général (Pdg) ou Directeur Général (Dg) dans des entreprises. D’ailleurs, seulement 21% d’entre elles sont à la tête de Grandes entreprises et 32% pilotent les Moyennes entreprises. La gente féminie dirige 39% de Petites et moyennes entreprises (Pme), et plus de 47% de Tpe. Tandis qu’en moyenne, 9,3% sont membres des Conseils d’administration. Pourtant, sur ces 203 entreprises enquêtées, environ ¾ de femmes estiment avoir les mêmes chances que les hommes lors des recrutements, quel que soit le poste à pouvoir. En outre, s’agissant des postes à domaine peu stratégique, 15,5% déclarent avoir autant de chance que les hommes, tandis que 10,1% pensent le contraire, quelques soit le poste.

Contraintes à de multiples difficultés liées au genre, ces femmes (68,2%) expliquent ce déséquilibre par le fait que certains postes de travail sont acquis aux hommes. Notamment « des postes qui nécessitent certaines aptitudes physiques, qui sont non compatibles avec la situation familiale, et qui sont habituellement occupés par les hommes », liste Célestin Sikube.

Présentée à l’occasion de la 37e édition de la Journée Internationale de la Femme, cette enquête du Gicam a vu la participation du Bureau international du Travail (BIT), sollicité pour son soutien technique et financier afin d’améliorer les conditions des femmes dans les affaires au Cameroun.

Michèle EBONGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.