Facebook : Seulement 2% d’utilisateurs africains font appel

Facebook : Seulement 2% d’utilisateurs africains font appel

Dans son premier rapport annuel, le Conseil de surveillance de META indique que seulement 2% d’utilisateurs des pays de l’Afrique subsaharienne, ont fait appel des décisions de modération du contenu sur la période d’octobre 2020 à décembre 2021, contre plus de deux tiers de ceux du Nord. 

Sur 5 utilisateurs de Facebook au Cameroun interrogés, tous ignorent qu’ils ont la possibilité d’interjeter appel des décisions de modération du contenu auprès du Conseil de surveillance. « J’ignorais qu’on avait cette possibilité. Je le découvre », affirme Hortense une internaute. Pourtant, le géant américain des réseaux sociaux, Meta, a offert cette possibilité en créant le Conseil de Surveillance. Un organe indépendant en charge de la modération du contenu à l’échelle internationale dont les décisions sont exécutoires. Son but est de promouvoir les droits et les intérêts des utilisateurs.

Dans son premier rapport annuel, le Conseil de surveillance de META

Dans son premier Rapport annuel 2021, qui couvre la période allant d’octobre 2020 (date à partir de laquelle les appels ont été acceptés) à décembre 2021, cet organe relève que seulement 2% des appels ont été interjetés depuis les pays de l’Afrique Subsaharienne, contre plus de deux tiers des pays du Nord.  Cependant, souligne le Conseil, cette distribution ne reflète pas la répartition des utilisateurs Facebook et Instagram dans le monde entier, estimés à plus de 2 milliards d’utilisateurs.

META indique que seulement 2% d’utilisateurs des pays de l’Afrique subsaharienne, ont fait appel des décisions de modération du contenu

Le nombre plus faible d’appels d’utilisateurs émanant en dehors de l’Europe et des États-Unis et du Canada pourrait également indiquer, explique cet organe, que nombre d’utilisateurs Facebook et Instagram dans le reste du monde ne savent pas qu’ils ont la possibilité de faire appel des décisions de modération du contenu de Meta auprès du Conseil. « Nous avons des raisons de croire que les utilisateurs en Asie, en Afrique et au Moyen Orient rencontrent plus, et non moins, de problèmes avec les plateformes de Meta que les autres parties du monde », précise-t-il.

Globalement, 49 % du total des appels sur cette période, provenaient des États-Unis et du Canada et 20 % d’Europe, tandis que 14 % des appels provenaient d’Amérique latine et des Caraïbes, 9 % d’Asie-Pacifique et d’Océanie. Seulement 4 % provenaient du Moyen Orient et d’Afrique du Nord, 2 % d’Asie centrale et d’Asie du Sud.

Plus d’un million de cas ont été soumis au Conseil d’octobre 2020 à décembre 2021, dont 47 de la part de Meta. Dont une moyenne de 2 649 cas par jour.  Sur les cas soumis, 99 % étaient associés au contenu Facebook, tandis que seul 1 % concernait le contenu Instagram.

 

 

Facebook : Seulement 2% d’utilisateurs africains font appel

À compter du deuxième trimestre 2021, une fois que les utilisateurs ont été habilités à faire appel auprès du Conseil pour supprimer le contenu publié par toute autre personne, 94 % des appels d’utilisateurs avaient pour objectif de restaurer du contenu sur Facebook ou Instagram, tandis que 6 % concernaient des appels pour supprimer du contenu des plateformes.

Une majorité écrasante des appels d’utilisateurs pour restaurer du contenu (84 %) était associée à trois Standards de la communauté Facebook : « Intimidation et harcèlement », « Discours incitant à la haine » et « Violence et incitation ». Les cas associés aux standards « Nudité et activités sexuelles chez les adultes » et « Personnes et organisations dangereuses » constituaient la majeure partie des autres appels visant à restaurer du contenu.

Marie Louise MAMGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.