Gestion des déplacés internes : Les acteurs communautaires outillés
Les acteurs communaux outillés pour une meilleure gestion des déplacés internes

Gestion des déplacés internes : Les acteurs communautaires outillés

C’était dans le cadre d’un atelier dont le but était de Gestion des déplacés internes permettre à ces responsables de mieux gérer les problématiques liées à l’afflux des déplacés internes et assurer la cohésion sociale dans leur municipalité.

Il ne se passe pas une semaine sans que la gestion des personnes déplacées internes (PDI) ne soit au centre des débats dans la région de l’Ouest Cameroun. Du 28 au 29 septembre 2022, c’est la coopération allemande (Giz) qui a organisé avec l’Association pour le développement locale (Apdel) un atelier de renforcement des capacités des acteurs communaux.

L’atelier était ouvert aux maires, chargés de développement et des affaires sociales, responsables religieux, leaders traditionnels, les représentants des centres de formation professionnels, etc. Cette rencontre tenue à Bana, a permis aux 70 participants venus de 05 localités (Dschang, Mbouda, Bafoussam 1er Foumban et Kouoptamo) d’en savoir plus Gestion des déplacés internes sur le cadre juridique de protection des personnes déplacées internes. La charge psychosociale, la cohésion sociale, l’intégration et la participation citoyenne des PDI ont également été évoquées.

permettre à ces responsables de mieux gérer les problématiques liées à l’afflux des déplacés internes

Pour le GIZ, il est important « d’outiller les acteurs communaux afin qu’ils puissent bien gérer les problématiques liées à l’afflux des déplacés et assurer la cohésion sociale dans leur municipalité ». Afin d’éviter de rester sur les théories et produire un impact concret, les participants ont proposé une série de projets et activités à mettre en place pour permettre aux PDI de mieux s’intégrer dans leur nouveau cadre de vie.

A Kouoptamo, par exemple, il est ressorti que l’encadrement des PDI passe par la mise sur pied des coopératives agricoles, l’organisation de campagnes de sensibilisation dans les villages de la localité, et l’organisation par la commune d’activités sportives et culturelles, l’appui aux élevés déplacés internes par la distribution de kits et fournitures scolaires.

Membre d’une association de personnes déplacées de Dschang, Mary Achfor se réjouit de savoir que la situation des PDI intéresse les organismes internationaux et la société civile. Elle espère voir Gestion des déplacés internes les choses changer. Pour elle, il est surtout important d’offrir des formations aux jeunes et aux femmes afin de leur permettre de subvenir à leur besoin primaire car ayant quitté leur maison et leur activité à cause de la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, plusieurs vivent dans la précarité.

Vanessa Bassale

A lire aussi :  Crise humanitaire : environ 400 000 réfugiés et personnes affectées par la violence en détresse

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.