Hépatites virales : Près de 500 personnes à dépister à Douala

Hépatites virales : Près de 500 personnes à dépister à Douala

Hépatites virales à DoualaEn prélude à la journée mondiale contre les hépatites qui se tient chaque 28 juillet, l’hôpital Laquintinie de Douala a organisé du 25 au 27 juillet 2022, une campagne de dépistage gratuit des hépatites B et C, avec pour objectif de toucher 450 personnes.

Il est un peu plus de 11h ce lundi 25 juillet 2022 et la salle de réunion de la Néphrologie de l’hôpital Laquintinie de Douala abrite déjà une vingtaine de personnes. Elles sont constituées d’hommes, de femmes et d’enfants, qui malgré la pluie, sont venues se faire dépister contre les hépatites B et C. Profitant ainsi de la campagne de dépistage offerte par l’hôpital Laquintinie en prélude de la journée mondiale contre les hépatites qui se célèbre chaque 28 juillet.

L’objectif est d’examiner 450 personnes, soit 150 par jour. « A cette heure (12h) de la journée, nous avons déjà dépisté 124 personnes. A cette allure, ilHépatites virales à Douala est probable qu’on en fasse plus », confie Christine Bassong, gestionnaire des données à l’hôpital Laquintinie de Douala.

Aboubakar Atarnteh fait partie des dépistés. L’enseignant, venu de Bonabéri, un quartier situé dans l’arrondissement de Douala 4e, a saisi l’opportunité avec son fils, âgé de 11 ans environ. « Je suis venu dans le but de connaitre mon statut. Pour me protéger et protéger mon entourage. Et parce que mon fils fait partie de mon entourage, je l’ai emmené avec moi », explique-t-il.

Hépatites virales à Douala l’hôpital Laquintinie de Douala a organisé du 25 au 27 juillet 2022, une campagne

Contrairement à cet enseignant, Prudencia Agha, a quant à elle, profité du suivi médical de sa sœur pour se faire ausculter. « Ma sœur avait rendez-vous avec son chirurgien ce matin et je l’ai accompagné. Sachant que la campagne se tient ici à l’hôpital Laquintinie, j’ai profité de ma présence pour me faire dépister », confie-t-elle.

 

 

Avec au total cinq désignations, les hépatites B et C sont les plus dangereux selon Dr. Germaine Makemguim, Gastro-entérologue. Elles sont causées entre autres par des toxiques, notamment l’alcool, l’excès de médicaments, la phytothérapie, les usages de drogue par voie injectable, par voie sexuelle. « Actuellement on peut guérir de l’hépatite C. Mais pour le B, on évite l’évolution vers les formes compliquées », confie Dr. Germaine Makemguim.

D’après le guide de prise en charge des hépatites virales au Cameroun de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) d’août 2020, la prévalence nationale de l’hépatite virale B est estimé à 11.9% en 2011. Précisément pour les personnes âgées de 15 à 59 ans. Tandis que la tranche d’âge la plus affectée est celle de 25-29 ans, soit 14%.

Dans ce document, l’Extrême-Nord et le Nord Hépatites virales à Doualaont une prévalence supérieure à 15%, soit la plus forte du pays. Le Centre, le Littoral, le Sud, l’Est, le Sud-Ouest, l’Adamaoua et l’Ouest ont une prévalence modérée, qui va de 8-15%. Tandis que la région de l’Ouest qui enregistre une prévalence inférieure à 8% est la plus faible.

Michèle EBONGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.