Infrastructures : des routes de plus en plus dégradées à Douala
Pk13 Entrée Commissariat

Infrastructures : des routes de plus en plus dégradées à Douala

Les populations et automobilistes habitués des tronçons routes dégradées à Douala tels que Ndokoti-Pk14, Bépanda Omnisport-Bon fixe et Mobile Bonakouanmouang vivent un vrai calvaire sur ces artères de la capitale économique.

Lieu-dit Mobile Bonakouamouang à Akwa ce mercredi 31 août 2022. Sous une fine pluie, les automobilistes ont du mal à circuler sur le tronçon qui mène au feu rouge Bessengue à Douala 1er. La présence des nids de poules impose un style de conduite et la police n’y peut rien. D’ailleurs, les chauffeurs de motocycle ne sont plus les seuls à rouler sur le trottoir. Les automobilistes se la discutent également avec les piétons.

Plusieurs autres axes routiers de la ville connaissent le même sort. Le cas de celui qui mène au stade Omnisport de Bépanda. « On sort les gens de l’eau tous les jours. Les voitures restent coincées dans les trous, les motos font tomber les gens et quand il pleut, c’est le cinéma. Pourtant nous sommes à côté du stade et cette route a été refaite il y a moins d’1 an », relate Didier, un riverain.

routes de plus en plus dégradées automobilistes habitués des tronçons tels que Ndokoti-Pk14

Pour éviter de pareils désagréments, certains automobilistes optent pour la file indienne routes dégradées à Douala. « Je m’arrange à ne jamais passer en premier. J’attends que d’autres automobilistes traversent la marre d’eau pour savoir où rouler », confie un chauffeur de moto. Qui admet que cette situation a une incidence sur la durée et le prix du trajet. Le tronçon Ndokoti-Pk14 en est un exemple palpable. « Il y a trop d’embouteillages. Du coup, les motos nous évitent. Le trajet peut te prendre 1h de temps, voir plus en fonction du climat », témoigne Sandrine B. « Lorsqu’il pleut, c’est un enfer total. Les prix passent de 300 F Cfa avec monnaie à 500 F Cfa, voire plus, en fonction des conducteurs », ajoute-t-elle.

Selon Kelvin Tatang Teuma, ingénieur en génie civil BTP, la grande pluviométrie, la qualité du sol, précisément si la couche de base est sablonneuse, le relief plat qui ne favorise pas l’écoulement des eaux routes dégradées à Douala et la non prise en compte du trafic dans l’étude de certains projets sont entre autres les causes de la dégradation de la route.

 

routes dégradées à Douala
Pk13 Entrée Commissariat

 

Ndokoti-Pk14, Bépanda Omnisport-Bon fixe et Mobile Bonakouanmouang vivent un vrai calvaire

Pour éviter cela, il préconise : « l’entretien périodique et fréquente du réseau routier existant, la bonne exécution des projets en respectant les cahiers de charges préalablement bien montés, le choix des entreprises expérimentées et qualifiées pour la réalisation des projets, le contrôle rigoureux des travaux assorti des procès-verbaux de la réception et période de garantie et la rigueur dans le procès de passation des marchés.»

Pour sa part, le maire de la ville de Douala a indiqué dans un communiqué qui date du 25 août 2022, le démarrage des travaux d’aménagement des points critiques du tronçon Cité des palmiers-Pk 14. Seulement, les travaux qui devaient démarrer le 27 août pour une durée de 25 jours n’ont pas été lancés à cette date. « C’est le lundi 27 août que nous avons vu des gens prendre des photos, faire comme une étude de terrain. Et c’est le vendredi 2 septembre que les travaux ont débuté et c’est seulement au carrefour Cité des palmiers », renseigne une riveraine. Quant au lieu-dit Mobile Bonakoanmouang, la pouzzolane a été versée dans ces nids de poule il y a quelques jours, permettant une circulation plus ou moins fluide pour les usagers et les automobilistes routes dégradées à Douala.

Michèle EBONGUE

A lire aussi :  Infrastructure : Seulement 6 000 Km de routes bitumées sur 77 589 km prévus

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.