Lutte contre la corruption : Une vingtaine de journalistes outillés

Lutte contre la corruption : Une vingtaine de journalistes outillés

Ces Hommes de médias ont été édifiés sur les principaux facteurs qui handicapent le développement local au cours d’un séminaire organisé par Transparency International à Bafoussam Lutte contre la corruption.

Identifier, comprendre et lutter contre la corruption au niveau local, c’était l’un des objectifs visés par le séminaire de formation organisé du 04 au 05 août dernier par l’ONG Transparency International à Bafoussam Lutte contre la corruption. Il était question, selon Francis Simeu, chef du projet Sancus, d’encourager les journalistes à mener des enquêtes vraiment approfondies sur la mise en œuvre des projets par les collectivités territoriales décentralisées (CTD).

Lutte contre la corruption Ces Hommes de médias ont été édifiés sur les principaux facteurs qui handicapent

« Quand il s’agit de corruption, les sujets sont très variés, surtout quand on s’intéresse au développement local. Un journaliste peut décider d’enquêter par exemple sur processus ou les procédures d’attribution des marchés, les freins et blocages à l’exécution des projets, les mauvaises estimations et même la loi dans le domaine qui peut être obsolète donc problématique », explique l’expert qui est convaincu que de tels sujets peuvent fortement contribuer à booster le développement local.

Pendant la formation

Pour les hommes des medias, une vingtaine au total, venus des régions du Nord, du Centre, du Nord-Ouest et de l’Ouest, le tout n’est pas de trouver le bon sujet ou l’angle original, il existe de nombreux obstacles qui rendent difficile voire impossible le travail d’investigation Lutte contre la corruption.

Le premier obstacle est l’accès à l’information Lutte contre la corruption. « On peut avoir un excellent sujet d’investigation mais comment va-t-on le développer si personne ne veut répondre à nos questions », s’interroge Clément Rikam de radio Mbam Fm. Il déplore aussi le fait que parfois certaines sources donnent impunément de fausses informations aux journalistes Lutte contre la corruption.

le développement local au cours d’un séminaire

Autre problème : le manque de moyens financiers. Mener certaines enquêtes nécessite beaucoup d’argent. « Il faut parfois voyager, prendre des rendez-vous, etc. Ce qui n’est pas aisé quand on sait que bon nombre de journalistes ont du mal à joindre les deux bouts Lutte contre la corruption. Ceci à cause des rémunérations modiques et des arriérés de salaire à répétition », fait savoir un ouvrier de la plume.

Bien que reconnaissants, les journalistes ont formulé le vœu de voir se créer des plateformes de collaborations entre eux et les ONG comme Transparency International afin que la mise en commun des efforts puisse réduire la corruption et doper le développement local au Cameroun Lutte contre la corruption.

Vanessa Bassale

A lire aussi :  Corruption : 12 coupables sur 27 membres d’administration mis en cause

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.