Marché digital : L’individualisme, un obstacle pour l’essor du numérique au Cameroun

L’individualisme et ’absence de mentoring des entreprises expérimentées sont entre autres freins à la prolifération du mouvement entrepreneurial dans le secteur digital au Cameroun.

L’accès aux infrastructures, à internet, au cloud, ainsi que des réflexions entre entrepreneurs, sont quelques besoins des entreprises camerounaises spécialisées dans le digital. Encore sujette au problème d’approvisionnement pour certains, et aux méthodes de travail pour d’autres, le marché numérique local, essaie tant bien que mal, de faire ses marques.

Pour un meilleur rendement, Armand Ngueti, Directeur Général d’ Universal Broadband & Technology Services-International Corp (UBTS), prône la mutualisation des entreprises. Une nécessité pour l’obtention d’un environnement économiquement fiable et stable. « L’écosystème numérique a une particularité de prospérer dans des endroits où on mutualise des énergies réflectives. Mais malheureusement chez nous, il n’y a pas de meetup, ni des rencontres hebdomadaires, il n’y a rien du tout », déplore-t-il.

A en croire cet entrepreneur, « aucune personne ne peut avoir la prétention de construire pour tout un environnement. Il faut des réflexions. »  Selon lui, les jeunes sont très peu accompagnés par les ainés. « Les structures qui ont réussi dans le domaine accompagnent très peu de manière effective les jeunes qui se lancent, ça fait qu’il y a un goulot d’étranglement », regrette-t-il.


Lire aussi : Nord : Bénoué, le taux de criminalité passe de 48% en 2020 à 66,82% en 2021

Le mentoring des entreprises expérimentées, souligne-t-il, est l’un des principaux challenges à la réussite des nouveaux entrants dans le domaine de l’entrepreneuriat. Son absence est un véritable frein à la prolifération du mouvement entrepreneurial dans le secteur digital. Seulement, sur ce sujet de mentoring, Gabriel Fopa, Directeur Général de Itg Store, une société de services, d’intégration de services et d’infrastructures IT, pense que le problème vient des jeunes. Notamment avec leur volonté de se mettre en avant, d’être vu de tous, en brandissant leur statut de Ceo. « Les jeunes ne veulent pas se mettre ensemble, on a l’impression qu’ils sont plus là pour les titres que pour tout autre chose », relève-t-il.

Outre la difficulté de se mettre ensemble et le manque de mentoring, le marché digital fait face à de nombreux autres obstacles. C’est d’ailleurs en vue de remédier à cela que s’est tenue la 2e édition de la journée de l’entreprise digitale les 24 et 25 février 2022 à Douala. Sous le thème « Innovations digitales, quelles technologies implémenter en 2022 ? ». Il était question pour les entreprises présentes, de partager leur expérience et les bonnes pratiques dans l’adoption des technologies digitales. Mais aussi de promouvoir l’expertise des entreprises d’intégration des technologies digitales, de sensibiliser les dirigeants et cadres d’entreprises sur les opportunités de création de valeur offertes par les technologies émergentes, et de créer un cadre d’échanges et de négociation entre les intégrateurs de solution digitales et les acteurs métiers.

Michèle EBONGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.