Riz : Plus de 300 tonnes importées au premier semestre de 2021

Riz : Plus de 300 tonnes importées au premier semestre de 2021

Tout comme le maïs, le soja et le poisson, cette céréale fait partie des produits Riz importées qui creusent le déficit de la balance commerciale au Cameroun.

Les produits qui creusent le déficit de la balance commerciale au Cameroun sont le maïs, le sorgho, le soja, le poisson et le riz. A titre d’exemple, seulement au premier semestre de l’année 2021, le pays a importé une cargaison de 319 330 tonnes de riz, d’après les chiffres de l’Institut national de la statistique (INS). Soit une hausse de plus de 59 000 tonnes, comparée à la même période en 2020

Au sujet du maïs, le pays n’est non plus mieux loti car la production nationale annuelle est estimée à environ 2,3 millions de tonnes pour des besoins évalués à 2,8 millions de tonnes Riz importées. Soit un déficit de 500 mille tonnes. A cause de cet écart, le Cameroun est obligé de recourir aux importations de maïs pour satisfaire la demande, pour un coût de plus de 150 milliards Fcfa pour l’année 2020.

Riz importées le maïs, le soja et le poisson, cette céréale fait partie des produits qui creusent le déficit

Pour réduire ces nombreux écarts qui contribuent à creuser le déficit de la balance commerciale, le Cameroun à travers son ministère de la Recherche scientifique et de l’innovation (Minresi) a décidé de booster la production locale. Ses solutions ont été proposées au cours de la conférence organisée le 10 août au Minresi sous le thème : « contribution de la recherche agricole à l’import-substitution au Cameroun ».

Une rencontre qui s’inscrit dans le cadre de l’animation scientifique instituée au sein de ce département ministériel, sous la dénomination « le mois de la recherche ».  Les discussions entre chercheurs, parlementaires, étudiants en présence du Pr Gilbert Lamblin Taguem Fah, inspecteur général du Minresi et représentant du ministre Marie Madeleine Tchuente, ont permis de présenter les solutions de la recherche agricole.

Pr Eddy Ngondeu Mangaptche, directeur de l’Institut de recherche agricole pour le développement (Irad), a indiqué que sa structure a développé tous les prototypes de semences de base, pour la multiplication à grande échelle du maïs, du riz, du sorgho, du soja et du poisson qui Riz importées feraient perdre à l’Etat 1 000 milliards F Cfa chaque année. L’Irad affirme à propos que ces semences ont la particularité d’être adaptés à toutes les zones agrologiques du Cameroun.

Sabine LEMANA

A lire aussi :  Ouest : Une douzaine de tracteurs pour booster la production du riz

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.