Environnement : La zone côtière a mal à sa mangrove
Cérémonie de présentation des résultats d’enquêtes du projet ODECA

Environnement : La zone côtière à mal à sa mangrove

Quatre journalistes boursiers des Académies de data journalisme d’Adisi-Cameroun ont présenté lundi 12 décembre 2022 à Douala, les résultats de deux enquêtes sur la menace qui pèsent sur cet écosystème et les défis qui interpellent les citoyens pour sa préservation Environnement la mangrove.

Initié par Adisi-Cameroun et financé par Centre for investigative journalism (CIJ), le projet « Open data for environment and Civic Awareness in Cameroon » (ODECA) vient de rendre sa copie. Les résultats des enquêtes menées par la 1ère cohorte des boursiers des Académies de data journalisme d’Adisi-Cameroun ont été présentés lundi 12 décembre 2022 à Douala. C’était au cours d’une cérémonie qui a réuni des journalistes, des autorités administratives et traditionnelles, et mêmes des chercheurs et universitaires. Les résultats des enquêtes présentés à cette occasion sont le fruit du travail des deux binômes de journalistes : Michèle Ebonguè de Data Cameroon – Mathias Mouendé Ngamo de Le Jour et Philomène Djuissi de Africa Circle Tv – Jonathan Tenekeu de Cam 10 Tv.

Leurs travaux ont mis en relief la disparition croissante de la mangrove dans la zone côtière et notamment Douala. En effet, d’après l’enquête menée par le binôme Michèle Ebongue – Mathias Mouendé Ngamo, Bonabéri, dans l’arrondissement de Douala 4è, par exemple, a perdu environ 31% de mangrove en 5 ans. De leur côté, Philomène Djuissi et Jonathan relèvent dans leur travail, les initiatives privées et publiques mises en œuvre pour protéger cet écosystème de l’exploitation abusive et dont de la disparition à la longue. Ces résultats sont le fruit de 5 mois de formation, axée sur le data journalisme et les questions environnementales ; avec au programme deux sessions de formation (de 3 et 2 jours) en présentiel à Douala et six coachings en ligne, apprend-on de Marie Louise Mamgue, data journaliste et par ailleurs l’une des formatrices.

boursiers des Académies de data journalisme d’Adisi-Cameroun

Une occasion pour les boursiers de découvrir pour certains et de redécouvrir pour d’autres, différents outils pratiques en data journalisme, à l’instar de « Global forest watch », « qui nous a permit dès l’entame de la formation de localiser les zones de mangroves au Cameroun », informe Mathias Mouendé. D’après Paul Joël Kamtchang, secrétaire exécutif d’Adisi-Cameroun et co-formateur de cette session, les trois objectifs identifiés dès l’entame du projet sont atteints à ce jour à près de 75%.  « Les objectifs entre autres étaient : la formation des journalistes sur les principes de data journalisme, de l’environnement, et du journalisme d’investigation ; comment mettre ces trois disciplines ensemble (…) ? l’appui à la production d’articles. », renseigne Paul Joël Kamtchang.

Il poursuit, « ce qu’on essaye de faire c’est de former des journalistes ou alors de renforcer leurs capacités et les appuyer en les accompagnant à la production d’articles de qualité, qui répondent à un certain nombre de normes en matière de data journalisme dans le monde ». Au-delà de tout, relève Paul Joël Kamtchang, l’un des résultats très attendus dans ce projet c’est de voir dans ces différentes rédactions, le data journalisme être érigé comme une pratique quotidienne parce qu’il est de bon ton que d’avantage, on se rapproche de l’information utile, ce qu’on pourrait appeler le strict minimum vital ou alors les éléments essentiels de l’information.

Marthe NDIANG

A lire aussi :  Environment: In Bonabéri, about 31% of mangroves have been lost in 5 years

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.